Grippe, angine... Pourquoi les virus de l'hiver s'annoncent plus virulents cette année ?

© MAUD DUPUY / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Nez qui coule, gorge prise, frilosité… Autant de symptômes classiques de maladies hivernales que beaucoup de Français rencontrent déjà avec la baisse des températures . Alors que la 8e vague de Covid-19 continue de sévir, d'autres virus hivernaux commencent à pointer le bout de leur nez. Sur la semaine du 19 au 25 septembre, le taux d'incidence des cas d'infection respiratoire aiguë (IRA) vus en consultation de médecine générale a été estimé à 127 cas pour 100.000 habitants. Des chiffres qui ont doublé en l'espace de 15 jours.

>> LIRE AUSSICovid-19 : de nouveaux variants pourraient émerger cet hiver, avertit l'EMA

"On a vu une accélération des pathologies de la sphère ORL. Elle a commencé doucement depuis une quinzaine de jours", confirme Jérôme Marty, président de l'Union française pour une médecine libre. S'il est impossible pour l'heure de parler d'épidémie, certains patients commencent déjà à s'informer pour se protéger de la grippe . "Les patients, âgés notamment, commencent à poser des questions depuis deux ou trois semaines pour savoir quand doivent-ils se faire vacciner", poursuit le médecin.

Immunité en baisse après 3 années de gestes barrières

D'autant que les épidémies de grippe, rhinopharyngite et autres virus pourraient être plus virulentes cette année. La faute à une immunité plus fragile, explique Jean-Paul Stahl, infectiologue. "L'ensemble de la population a été moins fréquemment en contact avec ces virus l'hiver précédent, en raison des mesures s...


Lire la suite sur Europe1