Grosjean a appris d'Alonso et Räikkönen "de la même façon"

Fabien Gaillard
motorsport.com

Durant sa carrière en Formule 1, débutée en 2009 par quelques Grands Prix chez Renault, , toujours à Enstone, mais cette fois sous la bannière de Lotus en 2012 et 2013.

Lire aussi :

Romain Grosjean lance son équipe de simracing

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lors d'un Live Instagram récemment, il a été demandé au Français lequel de ses équipiers il admirait le plus. "Eh bien, c’est [une question] difficile pour moi. J’ai débuté en Formule 1 aux côtés d’Alonso, ensuite je suis revenu aux côtés de Räikkönen, et j’ai Kevin [Magnussen] aujourd’hui, donc oui, très, très difficile. J’ai beaucoup appris de Fernando et Kimi, de la même façon, de façon surprenante."

"Beaucoup de gens pensent qu’ils sont très différents, mais la manière dont ils démarraient les EL1 était de penser au dimanche 15h10 ; c’est tout ce qui importait. Ils ne se souciaient pas de savoir s'ils étaient rapides ou lents aux essais libres, ils se préparaient juste pour la course. Et quand vous êtes jeune, vous voulez être rapide à chaque séance, alors vous apprenez et vous vous dites : ‘OK, nous avons ces conditions là [maintenant], mais dimanche elles seront un peu différentes, alors changeons les choses et travaillons là-dessus'."

Lire aussi :

La F1 dispose désormais de 1,4 milliard de dollars en cash

La saison 2020 doit marquer la quatrième année de collaboration entre Grosjean et Magnussen chez Haas. Et le pilote aux 10 podiums ne manque pas d’un mot pour le Danois. "Eh bien, il est rapide. Il est vraiment rapide. Kev est donc un équipier difficile à battre. C’est un vrai viking, il ne laissera jamais tomber. Il est incroyable. Je n'étais pas content de lui avant d'être son coéquipier. Mais quand vous êtes dans la même équipe, vous savez qu'il se bat aussi durement qu'il peut pour apporter des points à l'équipe, c'est incroyable."

Des propos positifs qui viennent quelques mois après une saison compliquée marquée par plusieurs collisions entre les deux pilotes Haas. "Donc oui, nous avons eu quelques [contacts] l’an passé mais après nous avons discuté et nous avons juste adapté la façon de courir ensemble, car nous avions des points de vue différents, c’était tout, et nous l’avons modifiée. Et désormais, ça va très bien."

À lire aussi