Grosjean : "La Haas 2020 est une catastrophe pour moi"

Benjamin Vinel
·3 min de lecture

La Haas VF-20 est de loin la voiture la moins compétitive de l'écurie américaine depuis ses débuts en Formule 1, du moins par rapport à la concurrence, ayant toutes les peines du monde à s'extirper de la Q1 en qualifications (ils n'y sont parvenus que six fois sur 24 possibles) et à entrer dans le top 10 en course (chacun y est arrivé une fois).

Lire aussi :

Grosjean révèle la plus grande fierté de sa carrière

Grosjean ne cache pas que la VF-20 non seulement est lente mais de surcroît ne se comporte pas comme il le voudrait. "La Haas de 2020 est une catastrophe pour moi. En termes de pilotage c'est vraiment la voiture antinomique au possible par rapport à ce que j'aime. Mais je ne m'en sors pas mal", estimait jeudi celui qui a signé une belle neuvième place au Grand Prix de l'Eifel.

"Je pense que nous avons su travailler autour, j'ai su m'adapter aussi, et ce n'était peut-être pas forcément une de mes forces, puisque j'ai été un peu formaté dans un type d'apprentissage, qui fait que c'était difficile d'en sortir. Quand tu arrives à le faire fonctionner et que tu fais six podiums d'affilée (sic) avec une bonne voiture, tu te dis 'voilà, c'est la façon dont ça fonctionne'." Lors de la saison 2013, avec l'écurie Lotus, Grosjean avait signé quatre podiums en cinq Grands Prix.

Le Français regrette ainsi de ne pouvoir retrouver une si bonne sensation au volant de sa monoplace actuelle. "Sentir dans la voiture qu'elle a le grip et que ce que tu vas lui demander va se réaliser, c'est le plus beau feeling en Formule 1. Quand tu as une voiture qui va bien, tu as envie de faire quelque chose, tu sens que la voiture est capable de le faire, tu le fais et ça marche. Ce n'est pas le cas avec la 2020. Ni les cinq dernières", sourit-il.

En tout cas, les qualifications du Grand Prix du Portugal n'ont pas livré un verdict permettant de relever la tête, Grosjean s'étant qualifié 18e juste devant Magnussen. "Malheureusement, je pense qu'on a la plus mauvaise voiture du paddock, mais on n'est pas derniers. On va se contenter de ça", a-t-il alors lâché au micro de Canal+.

"C'est un peu malheureux à dire mais c'est ce qu'on a aujourd'hui. On le sait. Le moteur n'est pas extraordinaire, mais Ferrari arrive à faire des progrès. Alfa est devant nous. En plus, depuis le début du week-end, on a d'énormes problèmes de surchauffe sur ma suspension arrière, ce qui fait que la voiture n'arrête pas de changer de hauteur de caisse. C'est un peu technique, mais en gros, ça veut dire que d'un tour à l'autre, je n'ai jamais le même équilibre et on n'arrive pas à trouver le problème, donc demain ça risque d'être compliqué."