Grosjean et les messages radio : "Pourquoi est-ce diffusé ?"

Basile Davoine
·3 min de lecture

Alors que des polémiques ont fait suite à l'énervement verbal de a confié ne pas être un adepte de la diffusion des messages radio pendant les courses. À Portimão, les noms d'oiseaux avaient fusé en direct après des incidents survenus en piste entre Verstappen et Stroll, puis entre Norris et le pilote canadien. Les deux pilotes avaient dû faire amende honorable un peu plus tard en regrettant leurs propos.

Les communications radio entre les pilotes et le muret des stands sont retransmises par le service de streaming de la F1, tandis que des extraits sont également diffusés sur le signal international exploité par les chaînes de télévision. Les messages radio sont également très relayés sur les réseaux sociaux après les séances ou les courses.

Selon Romain Grosjean, cette captation est une véritable difficulté pour l'expression des pilotes. Interrogé sur le sujet, le Français se montre très clair. "Tout d'abord, pourquoi est-ce diffusé ?", demande-t-il. "Le cockpit et la radio avec l'équipe constituent notre propre environnement, et je n'aime pas que les messages radio soient diffusés. Imaginez si vous diffusiez ce qui se passe sur un terrain de football. Je pense que c'est plus corsé et haut en couleurs."

"On ne peut pas toujours dire ce que l'on pense. Il faut respecter les gens. Nous ne sommes pas parfaits dans ce domaine, et moi non plus. Je suis loin d'être parfait. Mais il faut aussi garder à l'esprit que nous pilotons une voiture à 330 km/h, que nous repoussons ses limites, en sachant que ça implique une part de risque. Ce n'est pas comme si j'étais dans mon canapé avec un bon verre de vin rouge, en train de commenter ce qui se passe avec un regard extérieur depuis lequel tout paraît facile."

Lire aussi :

Romain Grosjean en discussion avec des équipes d'IndyCar Grosjean ne regrettera pas la lutte pour ne pas être dernier Grosjean n'a "jamais été assez conscient" de son talent

Le point de vue est en grande partie partagé par , qui ne remet toutefois pas en cause la mise à disposition des messages radio pour le grand public mais demande une certaine indulgence.

"Nous savons que ce n'est pas privé mais sur le moment, on ne pense pas au fait de ne pas vexer les gens qui écoutent", explique le pilote espagnol. "Nous sommes des athlètes, nous sommes au plus fort de la pression à certains moments. J'aimerais voir d'autres sports le faire, diffuser ce qui se dit quand il y a un corner en Ligue des Champions, ce que les autres joueurs de football se disent. Je crois que ce serait intéressant."

"Je pense que c'est parfois un avantage de voir ce que ressente les pilotes, leurs émotions. Cela ne veut pas dire que nous disons plus de gros mots que d'autres sportifs, mais nous avons un micro qui écoute en permanence ce que nous disons. C'est attractif, ça donne des infos et parfois des moments amusants. Il faut juste comprendre que ça se passe dans le feu de l'action, que nous sommes sous pression et que nous essayons de faire de notre mieux avec un niveau d'adrénaline très élevé."

Pour Romain Grosjean, ce problème des radios soulève la question de la liberté de ton des pilotes en Formule 1, y compris d'une manière plus générale. "J'aimerais être totalement transparent et pouvoir être aussi direct que je le suis dans la vie", confie le pilote tricolore. "Mais dans le monde dans lequel nous vivons, nous devons toujours être prudents dans ce que nous disons ou dans la manière de le dire. Je pense que c'est juste la société d'aujourd'hui."