Grosjean sur Racing Point : "Copier Mercedes, pourquoi pas ?"

Benjamin Vinel
motorsport.com

depuis 2016 et la création de l'écurie américaine, qui achète autant de pièces à la Scuderia Ferrari que le permet la réglementation. La Racing Point RP20, elle, est fortement inspirée de la Mercedes W10 de 2019 et a fait preuve d'un rythme prometteur depuis le début des essais hivernaux.

Lire aussi :

Racing Point effraie ses rivaux, Pérez confirme "de bons signes"

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

"Elle a l'air bonne !" s'exclame Grosjean au micro de Sky Sports F1. "L'idée est là, pourquoi pas ? Pourquoi ne pas copier au maximum le design de la meilleure équipe de Formule 1 actuelle ? Elle a l'air d'aller très vite. Bref, c'est une bonne idée."

Pourtant, dans une hiérarchie qui ne devrait pas évoluer énormément en raison d'une réglementation technique stable, l'ascension de Racing Point devrait poser des problèmes à Haas.

"Il n'y a pas d'objectif officiel actuellement, je dirais. Tout le monde veut retrouver notre niveau de 2018, lutter pour la quatrième ou la cinquième place du championnat des constructeurs. Les trois top teams sont dans une autre dimension, Racing Point pourrait être avec eux, mais nous voulons nous battre avec les autres", analyse Grosjean, qui ajoute : "C'est assez serré dans le milieu de tableau, ça va être fun."

La Haas VF-20 est jusqu'à présent la monoplace la plus lente de ces essais hivernaux, avec un meilleur temps de 1'18"225 signé aujourd'hui par en pneus C3, mais son coéquipier franco-suisse fait néanmoins preuve d'optimisme : "Elle se comporte bien. C'est un pas dans la bonne direction. Il y a des points forts très impressionnants et des faiblesses que nous tentons de résoudre. Les prochaines évolutions vont vraiment aller en ce sens. Globalement, je suis relativement content."

Il n'empêche que Grosjean reste prudent, après la descente aux enfers connue par Haas lors de la saison 2019 avec une VF-19 au fort potentiel inexploité. Ont-ils des réponses à ce sujet ? "Nous l'espérons ! Nous faisons très attention, car l'an dernier nous étions très compétitifs ici, que ce soit sur un tour ou en simulation de course, mais lors des courses, ce n'était plus la même histoire. Tout s'améliore, mais nous prenons notre temps", conclut-il.

À lire aussi