Guerre en Ukraine : La galère des réfugiés africains à Marseille

F.M.

DIFFERENCE DE TRAITEMENT - Guinéen, Bella Diaby vivait en Ukraine quand la guerre a commencé. Aujourd’hui réfugié à Marseille, il fait part des difficultés rencontrées depuis Kharkiv jusqu’à la préfecture des Bouches-du-Rhône

Comme de nombreux étrangers originaires du Maghreb ou d’Afrique noire, Bella Diaby a connu, au début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, de réelles difficultés pour quitter le pays et fuir les bombes. Il y est parvenu, mais non sans mal. Pour, une fois en France, devoir… à nouveau faire face à de sérieuses déconvenues administratives du fait de sa nationalité. Face à la violence de la situation et son flot de réfugiés, le Conseil de l’Union européenne a pourtant mis en place début mars un dispositif exceptionnel : l’Autorisation provisoire de séjour (APS).

Pour les Ukrainiens, l’obtention de ce précieux sésame est quasiment de l’ordre de la formalité. Mais pour Bella Diaby, Guinéen arrivé dans ce pays en 2013 pour poursuivre ses études – essai qu’il a transformé par la suite en trouvant un emploi d’ingénieur dans le BTP, à Kharkiv –, il en est tout autre. Malgré sa carte de séjour de 10 ans.

Au son des explosions

Retour en arrière. Le 24 février débute l’invasion du territoire ukrainien par Moscou. Kharkiv, deuxième ville du pays située à la frontière russe, est bombardée. Bella et ses colocataires passent une nuit dans la cave de leur immeuble, au son des explosions. A l’aube,(...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky salue « un moment unique et historique » après la validation du statut de candidat à l’UE du pays
Guerre en Ukraine : Les Vingt-Sept accordent à l'Ukraine et la Moldavie le statut de candidat à l'UE
Guerre en Ukraine : Le statut de candidat de l’UE pour le pays est un « signal fort », estime Emmanuel Macron

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles