Guillaume Gille: "L'objectif ? Planter le drapeau bleu, blanc, rouge en haut du Mont Fuji"

Manu Roux
·1 min de lecture

Guillaume Gille, vous nous recevez à la Maison du handball, dans le salon des «Barjots», la première génération des Bleus à se qualifier pour les Jeux olympiques, en 1992. Vous sentez-vous investi d’une responsabilité supplémentaire à quelques jours d’aborder ce TQO ?
Guillaume Gille : "Supplémentaire, non. Mais d’une responsabilité, oui, clairement. En 1992, nos illustres aînés ont ouvert le chemin des aventures olympiques au handball français. Pour l’heure, le nôtre est encore un peu bloqué. Il va falloir ouvrir la porte et laisser derrière nous au moins deux adversaires. Il y a encore beaucoup de boulot en perspective."

La dernière fois que l’équipe de France a dû passer par un TQO c’était en 2008, avant les Jeux de Pékin, vous étiez encore joueur. Les Bleus savent-ils toujours comment aborder ce genre de rendez-vous ?
G.G : "Au regard de l’adversité et du plateau proposé [Croatie, Tunisie et Portugal], on sait qu’on est en capacité d’obtenir l’un des deux tickets pour Tokyo. Notre volonté, avec les joueurs et le staff, a toujours été de flécher Tokyo comme premier objectif, avec l’envie de planter le drapeau bleu, blanc, rouge en haut du Mont Fuji et de finir sur la 'boîte' [le...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi