Gym - Euro - Euro : Mélanie DJDS et Marine Boyer en finale de la poutre

L'Equipe.fr
·5 min de lecture

Les Françaises Mélanie De Jesus Dos Santos et Marine Boyer se sont qualifiées ce mercredi à Bâle pour la finale à la poutre (samedi). En revanche, la Martiniquaise a raté son mouvement aux barres. Comme aux Mondiaux 2019. Un petit régal pour les yeux et les amateurs de très belle gymnastique. Avec ses lignes pures et sa technique juste, Viktoria Listounova a embelli la longue et fastidieuse journée de qualifications, ce mercredi, en ouverture des Championnats d'Europe à Bâle (Suisse). On se doutait que la brindille russe (15 ans), championne du monde junior 2019 et qui bénéficie du report d'un an des Jeux pour obtenir le droit de les disputer l'été prochain, allait dévoiler son immense talent. lire aussi Juste une étape avant les JO pour Mélanie De Jesus Dos Santos Elle n'a pas manqué ce premier rendez-vous senior. Rien n'est gagné encore, et elle a d'ailleurs été devancée par sa compatriote et expérimentée Anguelina Melnikova, dont le sol est une merveille de chorégraphie et d'expression, en plus de posséder un sacré arsenal acrobatique. L'une de ses deux-là devrait être sacrée au concours général vendredi, et succéder ainsi à Mélanie De Jesus Dos Santos qui, on le savait, ne défendait pas son titre. Un raté aux barres asymétriques La Française (21 ans) n'avait pas coché cette date à son programme initial, elle ne l'a ajoutée que pour reprendre contact avec la scène internationale, n'ayant plus disputé de compétition officielle depuis les Mondiaux de 2019. Elle a choisi de ne s'y aligner qu'aux barres asymétriques et à la poutre, sans autre volonté que « réussir ses mouvements ». Notamment celui des barres, totalement remanié avec un nouveau lâcher en Tkatchev tendu. Une occasion d'effacer sa contre-performance à cet agrès en 2019 (2 chutes qui l'avaient reléguée à la 20e place mondiale au concours général), de reprendre confiance, et peut-être même de marquer les esprits de ses adversaires. Raté ! L'élève d'Eric Hagard à Saint-Etienne a d'abord évité la correctionnelle sur un équilibre, avant de devoir s'y reprendre à deux fois pour enclencher sa sortie, finalement escamotée et atterrie sur les genoux, les mains au sol. Dur. Un sursaut d'orgueil à la poutre En revanche, avec orgueil, elle a relevé le défi suivant à la poutre. Elle parsema sa prestation de deux ou trois petits déséquilibres, mais préserva l'essentiel : vice-championne d'Europe à cet exercice en 2019, la Martiniquaise finit 6e et s'invite en finale (samedi). Mieux, elle y sera accompagnée par Marine Boyer (8e), qui s'était abîmée la cheville lors de l'entraînement sur plateau de lundi, mais a quand même enchaîné les quatre rotations. lire aussi Toute l'actualité de la gymnastique Ce mercredi, il y avait un autre enjeu : deux ultimes quotas olympiques étaient distribués. Pour les obtenir, il fallait considérer les résultats des généralistes, mais uniquement celles qui n'avaient pas disputé les Mondiaux qualificatifs de 2019. Il ne faisait aucun doute que Listounova, chef de file de la génération née en 2005, en décrocherait un pour la Russie. Le second serait forcément délicat à attribuer et c'est finalement la Roumaine Larisa Iordache (24 ans) qui décroche le précieux sésame. Médaillée de bronze par équipes aux Jeux de Londres (2012), elle n'était que remplaçante en 2016, puis s'était blessée l'année suivante. Trois opérations et trois ans avaient été nécessaires pour soigner une rupture du tendon d'Achille. Carolann Héduit prend date pour Paris 2024 Du côté des Françaises, les deux anciennes ne pouvant prétendre à ce quota supplémentaire, on savait que l'espoir serait mince d'en obtenir un. Pour autant, si Sheyen Petit a semblé trop juste dans son contenu technique (25e), Carolann Héduit (17 ans) n'en était pas si loin (9e) et prend date pour les Jeux Olympiques de Paris en 2024. Pour sa première participation européenne en senior, la protégée de Gina et Marc Chirlcenco à Avoine a joliment réussi son parcours. Certes, elle a omis une liaison à la poutre, rétréci un peu sa variation aux barres asymétriques, un agrès où elle avait obtenu une médaille de bronze lors des Eurojuniors de 2018, et surtout sursauté sur toutes ses réceptions. Mais cela justifie une belle marge de progression pour une jeune femme qui a par ailleurs gagné en maturité. On la retrouvera dans la finale du concours général vendredi, peut-être aussi Sheyen Petit d'ailleurs si Marine Boyer, qui la devance, décidait de se concentrer sur sa finale à la poutre pour épargner sa cheville. Au tour des hommes Jeudi, place aux qualifications des hommes. On y retrouvera deux des trois Français déjà sélectionnés pour les Jeux Olympiques. En l'absence de Samir Aït-Saïd, blessé, Cyril Tommasone aux arçons et Loris Frasca au concours général (avec une volonté de briller au saut) doivent s'inviter dans leurs finales respectives. Pour Julien Gobaux et Mathias Philippe, les généralistes, il faudra s'approcher des deux quotas olympiques supplémentaires, même si ce défi paraît encore plus compliqué à relever que pour Carolann Héduit. Enfin, le jeune Léo Saladino présentera trois agrès, avec l'ambition de marquer les esprits (au sol, il ose un double salto arrière avec triple vrille), voire de se qualifier pour la finale au saut. Résultats FEMMES. Qualifications : 1. Melnikova (RUS), 55,991 pts ; 2. Listounova (RUS), 55,465 ; 3. Ourazova (RUS), 55,299 (*) ; 4. Iordache (ROU), 54,698 ; 5. Maggio (ITA), 54,398 ; 6. Morgan (GBR), 54,032 ; 7. Ferrari (ITA), 53,765 ; 8. Gadirova (GBR), 53,699 ; 9. Héduit, 53,599 ;... 16. Boyer, 52,232 ; 25. Petit, 50,599.
(*) Les finales limitent chaque nation à deux représentantes, Ourazova ne pourra donc disputer le concours général de vendredi.