Gym - Mondiaux - Le Chinois Hu Xuwei éteint le Japon et gâche les adieux de Kohei Uchimura

·3 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Sacré ce dimanche aux barres parallèles et fixe, le Chinois Hu Xuwei (24 ans) a surtout contrarié à la fixe les espoirs du champion olympique en titre Daiki Hashimoto (2e) et de la star Kohei Uchimura (6e). À 24 ans, le Chinois Hu Xuwei a ébloui la dernière journée de Mondiaux singuliers, ce dimanche à Kitakyushu (Japon), sacré tout à tour aux barres parallèles, puis à la barre fixe. D'ordinaire, l'épreuve planétaire n'est pas organisée en année post-olympique, et cette édition aurait surtout dû se dérouler à Copenhague (Danemark). Mais la pandémie du Covid-19 en a décidé autrement. Pour autant, Kitakyushu aurait pu offrir une sortie symbolique à Kohei Uchimura (32 ans), né dans cette ville située de l'île de Kyushu. Légende de son sport depuis sa révélation aux Jeux de Pékin en 2008 (2e, derrière le Chinois Sun Wei malgré deux chutes initiales aux arçons), double champion olympique individuel (2012 et 2016), sextuple champion du monde au concours général, Uchimura a souffert de blessures ces dernières saisons et avait été éliminé dans l'anonymat lors des qualifications olympiques à Tokyo, justement après une chute à la fixe. Cette fois, il s'était aisément extirpé des qualifications mondiales pour se hisser en finale, pour affronter son compatriote Daiki Hashimoto, qui a grandi avec cette idole sous les yeux, est devenu champion olympique il y a trois mois au concours général et à la fixe. À 20 ans, le jeune homme de Narita essaie de s'affranchir de cette ombre tutélaire, mais il n'a pas la marge de son aîné et se heurte à la concurrence. Au concours général, il s'est laissé devancer par le Chinois Zhang Boheng vendredi ; ce dimanche, à la barre fixe, alors que son illustre modèle a très largement fléchi les bras (Uchimura terminera 6e), Hashimoto a dû encore se satisfaire de la médaille d'argent, devancé d'un rien par un autre Chinois, Hu Xuwei (15,166 points au vainqueur, 15,066 à Hashimoto, 14,60 à Uchimura). Murakami et Yulo ont brillé Évidemment, si cette ultime bataille concentrait beaucoup de l'enjeu de ces Mondiaux, les autres finales ont réservé de belles passes d'armes. On retiendra ainsi que les Japonaises ont compensé les défaites masculines à domicile puisqu'à 18 ans, Urara Ashikawa a profité des multiples erreurs et chutes à la poutre pour être sacrée championne du monde de l'exercice, devant l'Allemande Pauline Schäfer et, surtout, devant sa compatriote Mai Murakami. Là encore, il était question de transmission entre deux générations puisqu'à 25 ans, cette dernière profitait de l'événement pour clôturer sa carrière. Vice-championne du monde en 2018 au concours général, Mai Murakami avait su se relever d'une blessure pour disputer les Jeux de Tokyo, grâce au report d'un an. Elle a surtout réussi à ponctuer son parcours, après cette médaille de bronze mondiale à la poutre, par un second titre mondial au sol, quatre ans après le premier (2017). Elle devance au passage à cet exercice la nouvelle championne du monde individuelle russe, Angelina Melnikova. Enfin, on appréciera les sursauts successifs de Carlos Yulo qui ne cesse d'écrire l'histoire de son sport aux Philippines. À 21 ans, le natif de Manille, qui s'entraîne au Japon depuis 2016 grâce à une bourse d'études, avait offert à son pays sa première médaille mondiale (3e au sol en 2018), avant un premier titre mondial (au sol en 2019), avant de s'égarer lors des Jeux olympiques de Tokyo (4e au saut). Mais il a profité des Mondiaux dans son pays d'adoption pour raviver la flamme : 5e au sol, il a été sacré au saut avant de décrocher l'argent aux barres parallèles.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles