Gym - Mondiaux - Mondiaux : la sélection bleue évolue

L'Equipe.fr
L’Equipe

Kevin Carvalho a été préféré à Antoine Borello pour disputer les Mondiaux à Stuttgart (4-13 octobre), qualificatifs pour les Jeux. Au lendemain des Internationaux de France à l'AccorHotels Arena, où Mélanie De Jesus Dos Santos (barres asymétriques), Samir Aït-Saïd (anneaux) et Loris Frasca (saut) ont remporté de superbes victoires, et où Marine Boyer a pris la deuxième place au sol, la composition des Bleus pour les Mondiaux a été légèrement révisée ce lundi. Un choix stratégique primordial puisqu'à Stuttgart (4-13 octobre), les Français joueront leur qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Chez les jeunes femmes, le quintette ne bouge pas : emmenée par Mélanie DJDS, Lorette Charpy, Marine Boyer, Coline Devillard et Aline Friess possèdent même des atouts pour viser une historique médaille mondiale par équipe. « Je crois que nous en avons les moyens, assure la triple championne d'Europe. Pour ma part, j'espère décrocher aussi une médaille individuelle. » Trois victoires tricolores à l'AccorHotels Arena Chez les garçons, l'affaire est plus complexe. En l'absence de Julien Gobaux (opéré de l'épaule) ou d'Axel Augis, le casse-tête est réel et les ambitions plus modestes : entrer dans le Top 11 mondial pour obtenir le quota collectif. On sait pouvoir compter sur Loris Frasca, le champion de France et 9e européen cette année, ou les spécialistes Samir Aït-Saïd et Cyril Tommasone. « Antoine (Borello) a eu une réaction exceptionnelle malgré sa déception » (Y. Cucherat) « Il nous fallait deux généralistes pour compléter l'équipe », rappelle Yann Cucherat, le responsable du secteur masculin. En l'occurrence, s'il y a trois semaines, les noms de Julien Saleur et Antoine Borello avaient été annoncés, Kevin Carvalho va remplacer Borello. « Antoine a compris ce choix de la raison, il a eu une réaction exceptionnelle malgré sa déception en allant féliciter les autres », apprécie Cucherat. Toute l'actu de la gym L'option s'explique par la stabilité des uns et, surtout, le fait que l'équipe de France va débuter en Allemagne par la périlleuse barre fixe. Il s'agit certes de l'agrès fétiche de Borello, qui y exécute quatre lâchers de barre. Mais c'est aussi une prise de risque que le staff a choisi de gommer. Même s'ils n'ont aucune expérience mondiale, Julien Saleur démontre une grosse stabilité depuis plusieurs semaines et apporte de la sérénité aux arçons, quand Kevin Carvalho semble en confiance et serein, notamment au saut et aux barres parallèles. Des indices importants dans cette quête qui interdit la moindre erreur aux Bleus.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi