Gym - Mondiaux - La revanche de Zhang Boheng, sacré champion du monde au concours général

·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Non qualifié pour les Jeux, le Chinois Zhang Boheng (21 ans) est sacré champion du monde ce vendredi à Kitakyushu (Japon). Il a devancé pour 17 millièmes de point le champion olympique Daiki Hashimoto. Au terme d'un final asphyxiant, le Chinois Zhang Boheng (21 ans) est devenu champion du monde ce vendredi à Kitakyushu (Japon), en devançant le champion olympique Daiki Hashimoto (20 ans). S'il y a trois mois, et avant de remporter l'or à la barre fixe, c'est à cet agrès que le Japonais avait définitivement assuré le titre, il n'a pu récidiver cette fois, s'inclinant pour 17 minuscules millièmes de point (87,981 pour le Chinois contre 87,964 pour Hashimoto). voir aussi Classement Une véritable revanche pour l'homme du Hunan, qui n'avait pas été retenu pour les Jeux de Tokyo, alors qu'il avait remporté les sélections olympiques début juillet. Inexpérimenté, Zhang Boheng avait souffert du statut de capitaine de Lin Chaopan, dont les autorités chinoises vantaient les qualités de meneur. « Il est une source d'inspiration et sera capable d'insuffler un esprit combatif », justifiaient-elles alors. Cela n'avait pas suffi : sacrée en 2012, la Chine avait dû se contenter de la médaille de bronze par équipe à Tokyo, comme en 2016. Illia Kovtun, une progression épatante Les Mondiaux post-JO semblent en tout cas sourire aux gymnastes chinois puisque Zhang Boheng, qui a posté les meilleures notes de ce concours général au sol, au saut et aux barres parallèles (2e aux anneaux et à la fixe, 12e aux arçons), succède à son compatriote Xiao Ruoteng, champion du monde en 2017 et dauphin olympique de Daiki Hashimoto à Tokyo. Le podium est complété par l'Ukrainien Illia Kovtun, tout juste âgé de 18 ans (3e avec 84,899 pts). Une épatante progression pour l'élève d'Irina Nadiuk, champion d'Europe juniors en décembre 2020, après avoir illuminé le Festival olympique de la jeunesse européenne (4 titres), qui remontait quelques mois plus tard de la 11e place en qualifications de ses premiers Championnats d'Europe à la 3e place finale en améliorant son total de trois points. À Kitakyushu, c'est un bond en avant un peu similaire que l'élégant a opéré : 11e des Jeux Olympiques, il décroche donc la médaille de bronze mondiale. Aucun Français n'était engagé dans le concours général. Samedi et dimanche, place aux finales par appareil pour lesquelles, de nouveau, aucun Français n'a réussi à se qualifier.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles