Gym rythmique - ChF - Maëlle Millet et Hélène Karbanov, deux jeunes femmes, un avenir

·2 min de lecture

Les Championnats de France de gymnastique rythmique, le week-end dernier à Calais, ont sacré les jeunes Maëlle Millet (concours général) et Hélène Karbanov (en finale aux 4 engins). Certains auraient davantage misé sur l'expérience de Kseniya Moustafaeva, enfin de retour après de multiples blessures. À 25 ans, mais absente des Championnats de France depuis trois ans, celle qui avait fini 10e des Jeux olympiques à Rio (2016) espérait reconquérir un titre qu'elle avait obtenu 5 fois, sans fausse note, entre 2013 et 2017. Seulement, la jeune femme a commis une sortie de praticable au cerceau et deux chutes aux massues lors de l'édition 2021, organisée à huis clos, samedi et dimanche à Calais (Pas-de-Calais). C'est donc la jeune Maëlle Millet (16 ans) qui a été sacrée. Originaire de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), la pensionnaire du pôle de Montpellier a réalisé quatre très jolis passages pour s'imposer logiquement au concours général. Avec 83,30 points, elle ne devance pourtant Kseniya Moustafaeva que de cinq petits millièmes de point. Et c'est une autre Montpelliéraine, Lily Ramonatxo, qui complète le podium. Des espoirs pour les JO de Paris Lors des finales par engin, c'est autre jeune femme, Hélène Karbanov (16 ans), qui a su saisir sa chance et gommer les erreurs l'ayant éjectée du podium individuel (au ballon et au ruban) pour remporter les quatre titres en jeu. Et si Kseniya Moustafaeva (qui n'a pas souhaité disputer les finales) et Maëlle Millet disputeront les Championnats d'Europe à Varna (Bulgarie, 9-13 juin), c'est bien cette dernière et Hélène Karbanov qui représentent l'avenir olympique de la discipline. Pour les Jeux de Tokyo, aucune Française n'a pour l'instant de quota. Seule l'aînée des Bleues garde un mince espoir de valider ce sésame, mais elle devra impérativement terminer à la première place des non-qualifiées lors du rendez-vous européen de Varna. lire aussi Toute l'actualité gym Pour ceux de Paris en 2024, Maëlle Millet et Hélène Karbanov possèdent de réels atouts et deux styles diamétralement opposés. Plus grande, la première joue de sa belle morphologie pour exprimer un profil plus classique, presque lyrique, quand la seconde et son petit gabarit virevoltent techniquement. Deux personnalités bien à elles qui doivent offrir à la France une double opportunité olympique.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles