Gymnastique - Euro (F) - Mélanie De Jesus Dos Santos sacrée championne d'Europe du concours général

L'Equipe.fr
L’Equipe
La Française Mélanie De Jesus Dos Santos a décroché le titre de championne d'Europe absolue, vendredi à Szczecin (Pologne). À 19 ans, elle succède à Marine Debauve, la seule Française à avoir remporté le concours général en 2005.

Gymnastique - Euro (F) - Mélanie De Jesus Dos Santos sacrée championne d'Europe du concours général

La Française Mélanie De Jesus Dos Santos a décroché le titre de championne d'Europe absolue, vendredi à Szczecin (Pologne). À 19 ans, elle succède à Marine Debauve, la seule Française à avoir remporté le concours général en 2005.

La Française Mélanie De Jesus Dos Santos a décroché le titre de championne d'Europe absolue, vendredi à Szczecin (Pologne). À 19 ans, elle succède à Marine Debauve, la seule Française à avoir remporté le concours général en 2005. Une longue attente. Et des applaudissements pour accélérer la pose des notes. Soudain, la délivrance : avec 13,60 points au sol, Mélanie De Jésus Dos Santos était sacrée championne d'Europe du concours général, vendredi à Szczecin (Pologne). Une performance hors norme pour la Martiniquaise de 19 ans, qui avait décroché l'or l'an dernier, mais seulement au sol. Jusque-là, seule Marine Debauve avait décroché ce titre au concours général, à Debrecen (Hongrie) en 2005. Mélanie DJDS devance la tenante britannique Elissa Downie et la Russe Angelina Melnikova. L'autre Française, Lorette Charpy, termine à la 8e place. Les résultats du concours général individuel (F) On ne peut oublier que la Française a été blessée à la main gauche mi-janvier, a frôlé l'opération et finalement patienté six semaines qu'un arrachement de la poulie de l'annulaire se consolide. Vendredi, elle a d'ailleurs matché avec un anneau discret mais impératif pour annihiler toute douleur éventuelle. Forcément, les circonstances étaient particulières, et si la jeune femme au tempérament de feu rêvait encore de la médaille d'or, elle savait que les choses seraient compliquées. D'entrée, Mélanie DJDS a augmenté la gageure. Au saut, même si son entraîneur à Saint-Etienne, Eric Hagard, avait eu le temps de lui rappeler de bien rester dans l'axe de son envol, elle commit une réception hors zone. Bim ! Trois dixièmes de points abandonnés sur le chemin. Quand on sait qu'à l'issue des qualifications, 134 petits millièmes de point la séparaient de la leader provisoire et favorite russe, Angelina Melnikova, on mesure la frustration initiale.


Pourtant, la jeune femme n'a pas abdiqué. Pas le genre de la maison. Depuis qu'elle a quitté son île pour entamer sa progression dans le pôle du Forez, qu'elle a consenti à quitter le soleil et sa famille pour privilégier son sport, Mélanie De Jesus Dos Santos a appris à s'entêter. Et là, dans la Netto Arena de Szczecin, s'avançait alors l'obstacle des barres asymétriques. Pas son meilleur, celui qu'elle a le plus de mal à apprivoiser. Celui qu'elle a le moins répété ces trois derniers mois du fait de sa blessure. Concentrée à l'extrême, elle a récité sa variation. Sans génie, mais sans erreur non plus. Et commencé à grappiller les dixièmes pour espérer recoller le wagon de tête. A mi-parcours, elle ne figurait encore qu'à la 4e place provisoire. A près d'un demi-point de Melnikova (0,499 pt), que talonnait alors Downie. A la fois stressée et libérée, Mélanie DJDS ne songeait pas encore à cette médaille d'or dont elle rêve depuis deux ans et sa troisième place des Championnats d'Europe à Cluj (Roumanie). Eric Hagard, lui, osait deviner l'opportunité. Il lui a glissé que le plus dur était passé, que ses deux meilleurs exercices restaient à présenter. Convaincue, elle a réalisé une superbe poutre, gommant la sortie bancale des qualifications. Avec une note de 13,733 pts, la Française engloutissait presque d'un coup son retard. Et, avant l'ultime rotation, elle trépignait dans le dos d'Elissa Downie avec un déficit infime de 66 millièmes de points, alors qu'Angelina Melnikova dégringolait à la 3e place provisoire. Ne restait que le sol, cette chorégraphie sacrée l'an dernier à Glasgow, qu'elle maîtrise et vit littéralement. Juste avant elle, la Britannique avait fait le job et posté un 13,466 points supérieur à la note obtenue par la Française en qualifications (13,333). Mais, jeudi, elle avait abîmé la réception de sa dernière diagonale en double salto arrière carpé. Pas cette fois. Le visage plus fermé que d'habitude, Mélanie De Jesus Dos Santos a raisonné, calculé les distances pour ne pas sortir du praticable sur une première acrobatie (back-full tendu) d'une amplitude maximale. Elle s'est autorisée deux petits sursauts mais... Mais les juges ont reconnu l'excellence pour lui offrir un moment historique et cette seconde médaille d'or individuelle aux Championnats d'Europe.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce


Sur le podium, elle ne pleurait plus, savourait la Marseillaise avec, pas loin, sa copine d'entraînement, Lorette Charpy, qui s'est invitée à la 8e place malgré une chute à la poutre. Tout le clan bleu chantait, et même les adversaires tressaient des louanges, conscientes que ce sacre était mérité, que cette gymnaste possède un potentiel dont elle n'a pas encore révélé l'étendue. D'ailleurs, la moisson n'est sans doute pas finie. Si elle veut privilégier la défense de son titre au sol, dimanche, elle pourrait aussi devenir la première Française championne d'Europe à la poutre, le même jour, et disputera dès samedi la finale des barres asymétriques. Mais, déjà, c'est plus loin qu'elle tourne son regard. Bien sûr, elle évolue à la même époque qu'une certaine Simone Biles, et il n'est pas question de rivaliser avec l'extraterrestre américaine. Mais cela n'empêche pas l'ambition : « Le prochain objectif ? Une médaille aux Mondiaux », assène Mélanie De Jesus Dos Santos. Après ses 5e et 6e places de ces deux dernières années, elle se projette donc sur le podium de la prochaine édition à Stuttgart (Allemagne, 4-13 octobre) et même, plus secrètement, vers les Jeux olympiques de Tokyo en 2020.


À lire aussi