Gymnastique rythmique - Euro - Un Euro avec enjeux pour les Bleues à Varna

·2 min de lecture

Si Kseniya Moustafaeva va essayer de décrocher un quota olympique, les Championnats d'Europe à Varna (Bulgarie, 10-13 juin) représentent surtout la première sortie à ce niveau du nouvel ensemble France.

Les Championnats d'Europe de gymnastique rythmique ont lieu à partir de jeudi à Varna (Bulgarie). Pendant deux jours, ce sont les individuelles qui ouvriront le bal avec les qualifications. Un enjeu capital pour Kseniya Moustafaeva, la seule Française encore en lice pour tenter de décrocher l'un des deux derniers quotas olympiques qui y seront distribués. Pour l'aînée des Bleues (26 ans depuis mardi), qui avait fini 10e des Jeux de Rio en 2016, mais n'a cessé d'accumuler les blessures ces derniers mois, le défi est immense.

Elle sera accompagnée sur cette épreuve par la toute récente championne de France, Maëlle Millet (16 ans), qui doit gagner en expérience et, peut-être, s'inviter en finale du concours général réservé aux 24 meilleures individuelles. Pour les récompenses, à moins de deux mois des Jeux olympiques, il faudra observer les nouvelles joutes entre les jumelles russes Dina et Arina Averina et l'Israélienne Linoy Ashram.

Une équipe de France en construction
Mais cette escale bulgare sera aussi la première sortie à ce niveau du nouvel ensemble France (qualifications samedi), entraîné depuis début décembre par la Biélorusse Anna Baranova et son adjointe espagnole Sara Bayon. Un groupe très largement remanié depuis la non-qualification pour les Jeux de Tokyo (aucun ensemble France n'a plus disputé les JO depuis ceux de Sydney en 2000). Assurées de participer aux Jeux de Paris en 2024, les protégées de cette technicienne très réputée, qui mena l'Espagne à deux titres mondiaux (2013 et 2014) et à l'argent olympique en 2016, ont trois ans pour progresser dans la hiérarchie.

Il y a dix jours, elles ont effectué une première sortie internationale, à l'occasion de la Coupe du monde à Pesaro (Italie). Et leur 14e place ne reflète qu'à peine le joli enthousiasme que leur découverte a provoqué parmi les juges et spécialistes étrangers. « Nous n'avions pas pu concourir plus tôt à cause du Covid, rappelle Anna Baranova. Mais c'était très important d'essayer nos exercices (avant les Championnats d'Europe) et de voir comment les filles s'en sortent psychologiquement. »

Satisfaite des prestations de l'ensemble France, elle révèle ainsi : « De nombreux entraîneurs de différents pays nous ont félicités, comme si nous avions gagné des médailles ! Nous avons fait de petites erreurs, car il y a encore eu trop peu de temps pour jouer la stabilité. Nous savons que nous avons encore beaucoup de travail à faire. » Il va désormais falloir gagner en expérience, puis en maturité, avant de s'affirmer dans les classements.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles