Gymnastique rythmique - Euro - Premiers titres européens pour Israël et Linoy Ashram

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Deux jours après son ensemble, Israël a décroché à Kiev un autre titre inédit de champion d'Europe grâce à Linoy Ashram, enfin sacrée en l'absence de la Russie. Les Françaises ont terminé 6es en ensemble. Israël a profité des Championnats d'Europe de gymnastique rythmique, qui ont débuté jeudi à Kiev, pour multiplier les victoires inédites : vendredi, son ensemble a décroché pour la première fois le titre continental, puis Linoy Ashram (21 ans), ce dimanche, est donc devenue la première Israélienne à être sacrée championne d'Europe en individuel, ces deux titres intervenant au concours général. Évidemment, beaucoup de nations étaient absentes de cette édition si particulière, première épreuve officielle organisée depuis le début de la crise sanitaire. Mais elle avait perdu de son attrait dès lors que la fédération européenne (European gymnastics) avait annoncé qu'elle ne délivrerait pas de quotas olympiques, l'enjeu étant reporté sur les prochains Championnats d'Europe à Varna (Bulgarie, 9-13 juin 2021). Archi-dominatrice, la Russie avait notamment décliné l'invitation. Mais Linoy Ashram ne s'en plaindra pas. En trois participations mondiales, l'enfant de Rishon LeZion avait toujours buté sur les jumelles Averina ou leurs compatriotes, cumulant 6 médailles d'argent et 3 de bronze. Cette fois, elle a bien failli se faire surprendre par la Biélorusse Alina Harnasko (19 ans), qui affiche le même total de points que la brune israélienne (100,90). Mais les égalités n'existant pas, le fait d'avoir accumulé moins de pénalités que sa rivale a permis à Ashram de devancer Harnasko. En individuel, aucune Française n'avait été sélectionnée. Parmi les ensembles, seuls six pays avaient effectué le voyage en Ukraine. Formidable de sobriété aux 5 ballons, avec une chorégraphie inventive, l'Azerbaïdjan (8e des Mondiaux 2019) avait viré en tête jeudi soir. Mais une erreur avec sortie de praticable le lendemain aux 3 cerceaux et 2 paires de massues a ruiné leurs espoirs de titre et c'est Israël (6e des Mondiaux 2019), nation qui ne cesse de progresser et joue sur une avalanche de difficultés techniques, qui a décroché la médaille d'or. L'Ukraine, 9e mondiale en 2019 et en quête du dernier quota olympique dans cette catégorie, complète le podium. Triste bilan pour les Françaises On notera qu'en finales, les cartes ont été rebattues : l'Ukraine a remporté le titre aux 5 ballons, la Turquie, bien plus qu'une première breloque internationale, s'est offert l'or aux cerceaux-massues. En revanche, la France n'a pas existé, loin, très loin des standards européens actuels (6e du général). Triste fin de l'histoire d'un groupe appelé à se disloquer. Une semaine avant le départ pour Kiev, l'emblématique Elizabeth Rachid, blessée, en profitait pour mettre un terme à sa carrière ; deux autres, Danaé Collard et Iliona Prioux (cette dernière serrant les dents malgré une blessure au mollet) ont disputé en Europe leur ultime baroud avant de se retirer, elles aussi, et se concentrer sur leurs études. Seule éclaircie dans cette grisaille : grâce aux deux petites juniors, Lily Ramonatxo (3 finales) et Elsa Somville (1 finale), dont les points ont été ajoutés à ceux de l'ensemble, la France s'est glissée à la 4e place des nations. Cela ne signifie pas grand-chose en cette année si particulière et n'évitera pas une profonde restructuration (un entraîneur étranger de renom doit entrer en fonction en décembre) pour envisager briller lors des Jeux de Paris en 2024. Cela fera alors 24 ans qu'aucun ensemble bleu n'avait plus foulé un praticable olympique... Concours général de l'Euro 2020 de gymnastique rythmique En individuel : 1. Ashram (ISR), 100,90 pts ; 2. Harnasko (BLR), 100,90 ; 3. Salos (BLR), 96,50 ; 4. Kaleyn (BUL), 95,30 ; 5. Zelikman (ISR), 94,60 ; etc.
En ensemble : 1. Israël, 67,575 pts ; 2. Azerbaïdjan, 66,30 ; 3. Ukraine, 63,70 ;... 6. France (Collard, Marchon, Prioux, Rabette, Deconninck).