Haas sur Mazepin : Lauda aussi était un pilote payant !

Benjamin Vinel
·3 min de lecture

fera ses débuts en Formule 1 lors de la saison 2021 avec Haas F1 Team, titularisé non seulement grâce à ses performances en GP3 et en F2 mais aussi grâce à la fortune de son père milliardaire Dmitry Mazepin. L'on peut logiquement s'attendre à voir les logos de l'entreprise russe Uralkali, productrice de potasse, apparaître sur la Haas VF-21 l'an prochain.

L'écurie américaine alignait précédemment Romain Grosjean et Kevin Magnussen, et ce choix de se tourner vers des pilotes plus avantageux financièrement n'est pas forcément bien accueilli par les fans, mais Günther Steiner est prompt à rappeler que nombreux sont ceux qui débarquent en Formule 1 avec des sponsors avant de faire leurs preuves grâce à leurs performances.

"Il y a beaucoup de pilotes qui atteignent la F1 grâce à un soutien financier", soulignait le directeur d'équipe, avant qu'éclate l'affaire liée à la vidéo postée sur Instagram. "Il y a de très bons pilotes en F1 qui ont apporté un sponsor au début. Le premier qui vient à l'esprit, c'est Checo [Pérez]. Checo est arrivé en F1 en étant considéré comme un pilote payant. Regardez-le maintenant, il est monté sur le podium, il fait du bon travail."

Niki Lauda, March 721G

Niki Lauda, March 721G<span class="copyright">Rainer W. Schlegelmilch</span>
Niki Lauda, March 721GRainer W. Schlegelmilch

Rainer W. Schlegelmilch

Aussi l'Italien demeure-t-il philosophe quant à la situation de Mazepin, qui connaît une très bonne saison en Formule 2 avec six podiums dont deux victoires. "Tout dépend de l'angle par lequel on voit les choses, si l'on veut voir le verre à moitié plein ou à moitié vide. Si quelqu'un est bon et a un soutien financier, il a forcément de meilleures chances que quelqu'un qui est aussi bon sans soutien financier. Pourquoi choisir celui sans soutien financier ? Tant qu'ils sont bons en F2… Nikita est actuellement troisième [du championnat], je ne peux pas mettre en doute [son talent]. Que doit-on faire de plus ?"

"Je l'ai suivi toute la saison, j'ai suivi ce qu'il faisait. Bien sûr, ça a mal commencé pour lui, et sans ce début difficile, il se battrait pour le championnat. C'est ce que je vois, je ne peux rien voir de plus. Les résultats parlent toujours." Si l'on enlevait les deux meetings du Red Bull Ring en ouverture de la saison, le pilote Hitech GP serait deuxième à 30 points du leader (également son futur coéquipier chez Haas) et non troisième à 43 longueurs.

Quant à Mazepin, les critiques liées à la richesse de sa famille sont loin de le décontenancer. Lorsqu'un journaliste lui demande comment dire aux lecteurs que la Formule 1 n'est pas un terrain de jeu pour fils de milliardaire ( correspondant également à cette définition), le Russe rétorque : "Je dirais que vous avez cité deux noms, or il me semble qu'il y en a 20 sur la grille. Quel est le problème ? Ce sont de très bons pilotes professionnels qui ont tous deux obtenu d'excellents résultats dans leur carrière en monoplace."

Propos recueillis par Oleg Karpov