Hamilton a appris à mener une équipe en interne grâce à Lauda

Emmanuel Touzot
motorsport.com

En 2012, . Le pilote britannique cherchait à changer d'air après plusieurs saisons frustrantes avec McLaren, et c'est l'Autrichien qui l'a débauché pour l'engager au sein de l'équipe qui, depuis 2014, dominait outrageusement la Formule 1. L'an dernier, le sextuple Champion du monde lui avait rendu hommage en portant l'un de ses designs de casque à Monaco. Alors qu'il n'a pas encore pu courir cette année en ce mois de mai, il se remémore les meilleurs souvenirs qu'il a conservés du triple Champion du monde, et leurs premières discussions communes, qui l'ont marqué.

"Les meilleurs souvenirs que j'ai avec lui viennent probablement de mes premières conversations", juge-t-il. "Nous avons commencé à discuter en 2012 et je me rappelle être chez moi en journée, avoir un appel de Niki qui essayait de me convaincre de rejoindre l'équipe. C'était très cool d'avoir un appel d'un Champion du monde, et d'une icône comme Niki. Nous avions des conversations correctes mais c'étaient les phases initiales. Avoir le soutien de quelqu'un comme Niki demande un respect énorme et montre qu'il y a un respect mutuel."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Niki Lauda, de pilote payant à Champion du monde de Formule 1

"J'ai pensé qu'il ne m'accordait pas une grande valeur en tant que pilote, mais c'était le cas. On s'est ensuite rencontrés à Singapour, il est venu dans ma chambre et nous avons eu une bonne conversation. Je pense que c'est le moment où Niki m'a dit 'oh mon dieu, tu es comme moi dans beaucoup de domaines'. Nous avons beaucoup plus en commun que ce à quoi je m'attendais et que ce que je présumais. Il a probablement pensé qu'il ne devait pas tirer des conclusions au sujet des gens."

La discussion entre les deux hommes qui a été fructueuse, puisque Hamilton a été annoncé comme pilote Mercedes pour 2013 une semaine après le Grand Prix de Singapour 2012. Hamilton se rappelle des conseils avisés de Lauda sur l'obligation pour un pilote de prendre un rôle central dans une équipe dont il souhaite être le leader, de la remise en question qu'il lui imposait, et des codes gestuels de l'Autrichien pour lui signifier qu'il avait fait un bon travail. 

"Il pensait toujours à la manière dont nous pouvons progresser. Le plus grand signe venant de Niki était, si vous faisiez bien le boulot, qu'il enlevait sa casquette, c'était sa manière de dire 'bien joué'. Nous parlions souvent après les courses et il me demandait des choses comme : 'Hey Lewis, de quoi as-tu besoin pour être meilleur ?'. Il cherchait toujours."

"S'il y a une chose que j'ai apprise avec lui, ça doit être ça. En tant que pilote, et dans une équipe, vous devez travailler ensemble mais il faut aussi la mener. Il faut mener le team, poser des questions, travailler, et pousser tout le monde. Niki m'a appris comment approcher cela dans un environnement de travail et je pense que je suis capable de l'appliquer tous les jours, dans ma vie quotidienne de pilote. Je suis reconnaissant de cette opportunité, et j'aimerai [toujours] Niki. Je sais que son esprit est avec nous à chaque course."

À lire aussi