Hamilton a besoin d'un meilleur coéquipier, pour Button

Benjamin Vinel
·2 min de lecture

Ce week-end à Istanbul, est exacerbée par la suprématie de Mercedes sur la Formule 1 : depuis le début de leur partenariat en 2017, Hamilton a signé 36 pole positions et 40 victoires quand Bottas n'a que 15 poles et neuf succès en course à son actif.

Jenson Button, McLaren, Lewis Hamilton, McLaren

Jenson Button, McLaren, Lewis Hamilton, McLaren<span class="copyright">Andrew Ferraro / Motorsport Images</span>
Jenson Button, McLaren, Lewis Hamilton, McLarenAndrew Ferraro / Motorsport Images

Andrew Ferraro / Motorsport Images

"Tout ce que l'on peut dire, c'est qu'il a fait le meilleur travail possible et que l'équipe a fait un travail fantastique, elle demeure invaincue dans l'ère hybride et Lewis a remporté tous les championnats [de cette ère] avec eux, sauf un [2016, avec couronné, ndlr]. Je ne vois pas ça changer non plus. Cela va continuer jusqu'à ce qu'il s'arrête ou qu'il ait un coéquipier qui est réellement capable de le mettre en difficulté."

"Il a clairement appris de ses coéquipiers et est certainement un pilote plus complet que quand nous faisions équipe. Mais s'il avait un coéquipier comme Max [Verstappen], on verrait un Lewis différent. Il a besoin de ce challenge, sinon il continuera à faire pareil et à gagner le championnat. Il a besoin de quelqu'un qui va lui donner du fil à retordre, à lui et à Mercedes. On ne peut pas leur faire de reproche, c'est plus facile quand il y a un pilote qui est plus rapide que l'autre. Je sais que Valtteri est proche en qualifications et le bat parfois, mais en rythme de course, il est très loin de Lewis cette année."

D'après Button, trois pilotes seulement pourraient être capables de vaincre Hamilton chez Mercedes, et le protégé de la marque à l'étoile . Je crois que c'est tout, ce sont les pilotes qui sont prêts à concurrencer Lewis."

"J'adorerais voir Danny Ric face à Lewis, car je pense qu'il ferait beaucoup de mal à Lewis mentalement. Il serait rapide, il prendrait tout à la rigolade, il serait extrêmement détendu, très pragmatique. C'est un vrai personnage, et je sais que la plupart des pilotes trouveraient ça difficile." C'est en tout cas clairement difficile pour , qui n'a toujours pas battu Ricciardo sur le sec en qualifications cette saison et n'a marqué que 40 points face aux 95 unités de l'Australien. Ocon qui, justement, reste proche d'une écurie Mercedes qui ayant longtemps soutenu sa carrière et même envisagé de le titulariser auprès de Hamilton avant de finalement le laisser filer chez Renault…

Propos recueillis par Luke Smith