Hamilton veut être "immédiatement dans le rythme" à la reprise

Adam Cooper
motorsport.com

explique être en contact permanent avec ses collègues au sein de Mercedes afin de trouver la meilleure manière d'être rapidement dans le rythme lorsque la saison 2020 sera lancée et que la compétition reprendra. Un retour sur les pistes pour le moment prévu le 5 juillet en Autriche, sur le Red Bull Ring.

"J'espère que je vais revenir encore meilleur", a déclaré le Britannique dans une vidéo publiée par son équipe. "Nous allons probablement reprendre le volant et disputer une séance d'essais le vendredi en étant tous totalement rouillés ! Ce sera intéressant de voir à quel point nous nous mettrons dans le rythme immédiatement. Mais j'ai souvent été au téléphone avec mon équipe, à parler à Bono [Peter Bonnington] et James [Vowles] afin de discuter d'un plan avec eux."

"Je pense que nous avons tous besoin de nous assurer que nous arrivons en ayant utilisé tous les outils que nous avons, comme les simulations de courses ; je vais d'ailleurs probablement aller dans le simulateur, ce que je n'aime pas toujours, mais il faut que nous utilisions ces outils pour nous assurer que lorsque nous arriverons à cette première course, nous serons immédiatement au niveau et prêts, comme s'il n'y avait aucune course de manquée. La question est de savoir comment arriver en Autriche comme si l'on avait fait huit courses. Ce sera le vrai défi. Je ne sais pas si nous pourrons le faire, mais c'est un bon objectif."

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Lire aussi :

Hamilton a parfois eu des envies d'année sabbatique

Le sextuple Champion du monde est persuadé que cette pause non voulue mais obligatoire devrait être l'opportunité pour chacun de chercher à progresser : "Si nous... si je ne progresse pas ni ne grandis, que faisons-nous ? On perd juste son temps, à attendre. Rien ne sera offert à personne, on devra y aller et obtenir ce que l'on veut, et il faut le vouloir plus que la personne contre qui on se bat. Il faut se bouger et le faire. Je suis en plutôt bonne forme, mais je peux toujours être plus affûté. Je vois des choses et je me dis 'mince, j'ai pris un peu de gras ici, je dois travailler plus dur, je dois aller courir'. En réalité, je n'ai pas trop de gras ! Mais il y a des personnes qui ont ce genre de pensées et il faut se dire qu'on ne va laisser personne se mettre en travers de notre chemin."

Hamilton explique aussi avoir pris plaisir à passer du temps seul pendant cette pause, tout en gardant son esprit occupé : "Mentalement, il s'agit de se sentir bien, de trouver un moyen de s'apprécier [soi-même] et d'être à l'aise à l'idée d'être seul. J'ai passé du temps juste pour moi, en étant sûr que j'appréciais cela, et en prenant le temps de reconnaître ce que j'ai fait de bien, mais aussi les échecs et me dire que les choses que je ne fais pas si bien ne sont pas graves. [J'ai appris] aussi à ne pas être trop dur avec moi-même."

"Il y a des jours où je me lève et où je me sens un peu groggy, je n'ai pas envie de m'entraîner et je me dis 'mince, où allons-nous, dois-je continuer à courir ?' Je pense à toutes ces choses. Ça passe lors de l'heure qui suit, et je me dis que j'aime ce que je fais, et je me demande pourquoi je devrais envisager d'arrêter. Il faut juste garder son esprit occupé. J'ai essayé de lire autant que possible, j'ai fait de la méditation. Je bouge beaucoup, c'est difficile pour moi de méditer. Mais plus on le fait, comme pour tout, meilleur on est."

À lire aussi