Hand - Les Bleus battus par le Danemark en amical pour leur premier match depuis les Jeux

·2 min de lecture

L'équipe de France s'est nettement inclinée contre le Danemark, samedi en amical dans le cadre de la Golden League (26-31). Pour sa rentrée après son titre olympique à Tokyo, l'équipe de France s'est nettement inclinée en amical contre le Danemark (26-31), samedi à Trondheim (Norvège) dans le cadre de la Golden League. Très remaniés avec seulement quatre champions olympiques (Porte, Descat, Mahé, N'Guessan) et beaucoup de néophytes, les Bleus ont subi la domination de leurs rivaux scandinaves, qui présentaient une formation plus proche de leur équipe-type malgré plusieurs absents de marque (Hansen, N. Landin notamment). Dans la triste ambiance de la salle annexe du Spektrum, à moitié remplie, les Français accusaient déjà un lourd passif à la pause (13-19, 30e). Avec leurs éléments les plus expérimentés sur le parquet, ils avaient livré un début de match très propre en attaque (7-7, 12e). Mais ils ont pris un gros éclat à partir du quart d'heure de jeu (8-13, 18e) quand Emil Nielsen a fermé la cage danoise. Le gardien nantais est visiblement bien remis de l'entorse de la cheville qui l'a mis sur le flanc ces dernières semaines (10 arrêts). La belle entrée de Kevin Bonnefoi dans la cage L'écart a continué à se creuser malgré l'entrée en jeu énergique des débutants Julien Bos et Arthur Lenne (11-18, 28e). Pendant ce temps, l'autre Emil, l'ailier gauche Jakobsen, faisait preuve d'une efficacité incroyable : 9/9 au shoot dans la première demi-heure, 10 buts au total. Les Danois ont ensuite géré tranquillement la seconde période. Derrière une défense plus agressive, le gardien Kevin Bonnefoi a livré une belle demi-heure (6 arrêts) et Elohim Prandi a expédié une série de missiles de sa composition (5 buts) qui ont permis à la France de se rapprocher à quatre longueurs (21-25, 46e). Mais un enchaînement d'exclusions temporaires a vite renvoyé les Bleus dans les cordes (22-30, 53e). lire aussi Encore des places à prendre pour l'Euro chez les Bleus Adouci par une série de buts de Benoît Kounkoud notamment, le score final (25-31) n'est pas déshonorant pour une équipe privée de la quasi totalité de ses cadres, d'autant que le contenu est plutôt cohérent. La deuxième rencontre du week-end s'annonce cependant encore plus difficile, dimanche (16h45) contre la Norvège, chez elle et quasiment au complet.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles