Hand - C1 (F) - Ligue des champions : Brest s'incline en finale face à Kristiansand (28-34)

·3 min de lecture

Brest n'a jamais été en mesure de contester la supériorité des Norvégiennes de Kristiansand dimanche à Budapest en finale de la Ligue des champions (28-34). La première étoile devra attendre. Porté par un fol espoir d'un premier succès d'un club féminin en Ligue des champions après l'exploit réalisé en demi-finale samedi face aux triples championnes d'Europe Györ (24-23, tirs au but), Brest n'a pas tenu le choc dimanche à Budapest (Hongrie). lire aussi Le film du match En finale, les Bretonnes se sont inclinées (28-34, 14-18 à la pause) face aux Norvégiennes de Kristiansand qui décrochent leur premier titre en C1. Elles n'ont jamais mené du match et ont été plombées par deux débuts de mi-temps hors sujet avant, sans cesse, de courir après le score. La barre était trop haute pour les « Rebelles » face au nouveau phénomène norvégien Henny Reistad (21 ans, 12 buts sur 16 tirs, MVP), qui déclencha l'incendie, et à la légendaire gardienne Katrine Lunde, auteur encore d'un match énorme (12 arrêts à 31 % de réussite) à... quarante-et-un ans. Dans le but opposé, Cléopatre Darleux s'est reprise en deuxième mi-temps (5 stops) après une première insuffisante (2 arrêts cumulés pour l'internationale française et la Danoise Sandra Toft). Mais les « Vipers » avaient déjà craché leur venin en cascade, passant un 4-0 en début de deuxième mi-temps pour porter leur avance à sept buts (22-15) dès la 35e minute. Reistad et Lunde, les venimeuses
Une défense avancée et des jets de sept mètres d'Ana Gros (6 sur 7, pour 8 buts sur 12 tirs au total) ont permis brièvement de reprendre espoir à l'orée des cinq dernières minutes avec une balle de moins trois. Mais des erreurs de transmission, une transversale, un poteau et de nouveaux arrêts de Lunde ont remis Henny Reistad et ses copines, championnes d'Europe face à la France en décembre 2020 (22-20), sur le bon chemin et leur succès ne faisait plus le moindre doute à l'entame du money-time. C'est une déception sur le moment pour l'entraîneur Laurent Bezeau et ses joueuses qui tentaient une inattendue passe de trois en deux semaines, après la Coupe de France et le premier titre de champion de France du club. Artisan de l'ascension européenne d'une équipe encore en Nationale 1 (troisième niveau national) en 2014, Laurent Bezeau rêvait fort d'une consécration pour son dernier match à la tête du BBH avant de rejoindre l'Agence Nationale du Sport dans le cadre de la préparation aux JO de Paris. Mais tout comme pour les deux autres figures qui quittent la Bretagne, la demi-centre suédoise Isabelle Gullden, qui file à... Kristiansand remplacer Reistad (qui part au Danemark), et Ana Gros (CSKA Moscou), une finale manquée ne gâchera pas les adieux au bout de la plus belle saison jamais réalisée par un club français.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles