Hand - C1 (H) - Le PSG s'impose à Aalborg et va retrouver le Barça pour définir la tête du groupe

L'Equipe.fr
L’Equipe

Vainqueur à Aalborg, le PSG tient le rythme de Barcelone, qu'il retrouvera dimanche. La tête du groupe est en jeu. Dans ce groupe A de Ligue des champions, les journées défilent au rythme des victoires des deux ténors. Ce week-end, Barcelone, vainqueur 31-27 de Flensburg samedi, et Paris, victorieux à Aalborg dimanche (29-32), ont chacun engrangé un huitième succès en neuf rencontres, ne laissant que des miettes à leurs adversaires. Une cadence qui donne d'autant plus de saveur au choc tant attendu entre les deux géants, dimanche à Coubertin. Pour bâtir son quatrième succès hors de ses bases en C1 cette saison, Paris a toutefois dû s'employer face au champion danois, très habile sur attaques rapides jusqu'à trois minutes du terme. Si les Parisiens, dans un remake du match aller (37-24), ont pris les commandes au coeur de la première mi-temps pour ne plus les lâcher, il leur a fallu patienter jusqu'au money time pour asseoir définitivement leur supériorité. « On a raté le coche pour tuer le match au coeur de la deuxième mi-temps, concède Luka Karabatic (5/5 aux tirs), en référence à cette 36e minute où Paris menait 20-15, plus gros écart du match. Derrière, on les laisse revenir », déplore le capitaine. En l'absence de Nedim Remili (entorse de la cheville droite), et avec ses stars scandinaves sur courant alternatif (7/13 pour Sander Sagosen, 7/12 pour Mikkel Hansen), le PSG a effectivement connu quelques passages à vide en deuxième période. Ligue des champions : Paris s'impose à Aalborg Le quintuple champion de France en titre a dû s'en remettre au talent de son gardien Rodrigo Corrales, auteur de deux parades magistrales (49e puis 52e) qui ont empêché les talentueux Danois de recoller au score. « C'était un match compliqué mais on s'y attendait, résume le portier espagnol, auteur de 16 arrêts. Dans cette salle très difficile, Aalborg a tout de même battu Flensburg (31-28) et posé beaucoup de problèmes à Barcelone (30-34). On n'a pas bien commencé face à leur jeu rapide. Mais, une fois que l'équipe s'est retrouvée en défense et qu'on a commencé à marquer des buts, les choses sont rentrées dans l'ordre. » Luc Abalo sur sa possible retraite : «J'arrête, sauf si...» Sans briller mais avec sérieux, les Parisiens ont remporté leur dernier déplacement européen de l'année. Assez pour se placer dans les meilleures dispositions avant de défier les Catalans, qui leur ont infligé leur seule défaite cette saison (36-32 à Barcelone). « Forcément, c'est le choc que tout le monde attend, confirme Luka Karabatic. Mais entre-temps, on aura un match face à Saint-Raphaël (en Lidle Starligue, mercredi, à Coubertin) qui ne sera pas à négliger car on ne peut se permettre de perdre des points en route. » Dans son souhait récurrent de courir plusieurs lièvres à la fois, Paris a aussi appris à ne pas brûler les étapes.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi