Hand - C2 (H) - Comme Nantes, Nîmes et Toulouse relèvent la tête en Ligue européenne

·2 min de lecture

Après leurs revers de la semaine passée, Nantes, Nîmes et Toulouse se sont imposés mardi lors de la 3e journée de Ligue européenne (C2). Aix, en revanche, s'enfonce. Les clubs français se sont redressés mardi lors de la 3e journée de Ligue européenne masculine (C2), après une triste 2e journée à quatre défaites il y a trois semaines. Nantes, Nîmes et Toulouse se sont tous imposés, seul Aix concédant un nouveau revers.

Alors queNantes a frappé fort en dominant les Danois de GOG Gudme (27-24), Toulouse a décroché sa première victoire à Irun (26-24) dans le groupe A. Un succès acquis sur les terres des vieilles gloires espagnoles (Julen Aguinagalde et Jose Manuel Sierra) et des Français expatriés Thomas Tésorière et Léo Renaud-David (2 buts). Un résultat qui porte la marque de deux hispanophones, le Chilien Erwin Feuchtmann (6 buts) et l'Espagnol Erik Balenciaga (4/5 au tir). Le Fenix, qui a mené quasiment toute la partie, revient à la troisième place à égalité avec Irun, Winterthur et Presov, et se replace dans la course aux huitièmes de finale. Guigou décisif pour Nîmes Nîmes s'est racheté de sa faute de goût contre l'AEK Athènes (26-27) en venant à bout du Sporting Portugal, qui était invaincu (33-27). Dans le dernier quart d'heure, alors que les Portugais, longtemps menés, venaient de repasser devant (21-22, 40e), Michaël Guigou a rappelé qu'il pouvait toujours être décisif à bientôt 40 ans, inscrivant trois buts cruciaux en 5 minutes (28-25, 49e). Mohammad Sanad a ajouté sept unités, Jean-Jacques Acquevillo et Henrik Jakobsen se sont montrés très efficaces (5/6 chacun). Les Gardois font désormais partie du trio de leaders du groupe D avec le Sporting et l'AEK.

Aix, en revanche, s'enfonce, encaissant une troisième défaite en autant de matches, à domicile face aux Suédois de Sävehof (25-30). Les Provençaux, qui venaient de remporter un succès de prestige en Championnat à Montpellier (28-27), ont buté sur le gardien Bertram Obling, auteur de 15 arrêts à 39,5 % dont 11 arrêts dans les 20 premières minutes. Largués dès l'entame (2-8) à l'image de Karl Konan (2/7 au tir), ils ont compté jusqu'à onze longueurs de retard (17-28, 47e). Bon dernier du groupe C, le PAUC va devoir cravacher pour se qualifier. lire aussi Toute l'actualité du handball

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles