Hand - Disparition - Marcel Gaudion, premier capitaine des Bleus, est mort

·3 min de lecture

Capitaine de l'équipe de France de handball à 11 puis à 7 dans les années 1940 et 1950, Marcel Gaudion est décédé à 97 ans. Le handball français a perdu l'un de ses pionniers. Marcel Gaudion, qui fut le capitaine de l'équipe de France aux débuts de la discipline dans les années 1940 et 1950, est décédé à 97 ans, le 24 avril dernier à Douarnenez (Finistère). La nouvelle a été annoncée par son second fils, Gilles. Le magazine de la Fédération française en 1949 « Un magnifique exemple pour les jeunes » Excellent athlète doté d'un impressionnant gabarit pour l'époque (1,86 m pour 86 kg), Marcel Gaudion brillait aussi bien dans le jeu originel à onze, qui se pratiquait en extérieur sur un terrain de foot, que dans la version en salle, à sept, qui s'est finalement imposée. Il était alors décrit comme « un magnifique exemple pour les jeunes » par le magazine de la jeune Fédération française, qui saluait en 1949 « le cran et l'abnégation du joueur ». Vainqueur du premier Championnat de France à sept avec Villemomble Originaire de Gagny, un futur bastion de la petite balle collante (aujourd'hui en Seine-Saint-Denis), il avait découvert le handball sous l'Occupation en voyant les soldats allemands jouer sur le stade de son club dans la commune voisine de Villemomble, où il pratiquait l'athlétisme et le basket. Villemomble est devenu l'un des premiers fiefs de la discipline, car le président du club avait accordé aux handballeurs un terrain dédié, rare privilège. Deux fois champion de France à onze (en 1945 devant 15 000 personnes au Parc des Princes, puis en 1949), le club remporta en 1953 le premier titre national à sept, avec Gaudion comme demi-centre et capitaine. À ses côtés, son frère Roger et un brillant buteur, le futur pilier des Bleus Maurice Chastanier. lire aussi Toute l'actu du hand Seize fois sélectionné en équipe de France à onze entre 1946 et 1954, participant au Championnat du monde 1952 (7e place), Marcel Gaudion a manqué sur blessure le premier match de l'histoire des Bleus en salle, en 1952 contre la Suisse. Mais il en a joué sept entre 1953 et 1955, tous en tant que capitaine, dont les trois rencontres du Championnat du monde 1954 en Suède (6e et dernière place). S'il ne compte pas davantage de sélections, c'est aussi à cause de son métier de cadre commercial chez Ugine, une grosse société de métallurgie qui refusait souvent de le libérer pour les matches. Son employeur ne le libérait pas toujours pour les matches C'était le temps du sport amateur, des déplacements épiques dans la voiture du président du club ou en camion benne, des douches qui se prenaient parfois dans un tonneau. Entre autres souvenirs impérissables, cette réception par le maire de Dijon, le chanoine Kir, qui avait fait goûter aux joueurs de Villemomble le cocktail portant son nom. En équipe de France, Marcel Gaudion avait été particulièrement marqué par le match à onze contre l'Allemagne à Ludwigshafen, le 8 avril 1951. Devant plus de 20 000 spectateurs, il avait défendu héroïquement face à la première grande star du handball, Bernhard Kempa, et les Français avaient concédé une défaite honorable (12-5) devant la Nationalmannschaft, qui allait remporter le Championnat du monde un an plus tard.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles