Hand - Euro (F) - Adversaire de la France à l'Euro, la Croatie est « une équipe redoutable » pour Olivier Krumbholz

L'Equipe.fr
·3 min de lecture

Le sélectionneur de l'équipe de France Olivier Krumbholz met en garde avant la demi-finale de l'Euro contre la Croatie (18h00) : si les Bleues sont favorites, elles n'auront pas la partie facile. Sur le papier, il n'y a pas photo, « mais le papier, depuis une dizaine de jours, il a déjà brûlé ! », coupe Olivier Krumbholz. Le sélectionneur des Bleues ne veut pas entendre parler d'une demi-finale facile pour son équipe, vendredi, face à la Croatie (18 heures) à l'Euro. Et son discours, depuis deux jours, a consisté à souligner les qualités de cette équipe surprise, novice au stade des demi-finales. voir aussi Le programme des demi-finales « C'est vraiment une équipe qu'on connaît très peu, voire pas du tout, dit-il. Le maître-mot, c'est son efficacité : c'est une équipe qui serre le jeu, garde beaucoup la balle, avec des joueuses un peu moins connues dans le contexte international mais dangereuses. Une équipe redoutable. Et il va falloir être malin car elles, elles sont très malignes, c'est une bande de renards. Leur jeu est déroutant, un peu énervant tant elles gardent la balle. » Grâce Zaadi, demi-centre des Bleues « Elles ne sont pas arrivées ici par hasard, elles jouent avec leur coeur » Pour atteindre le dernier carré, la Croatie n'a rien volé, avec cinq victoires en six rencontres, certes avec un calendrier plutôt avantageux parfois (les Pays-Bas et l'Allemagne ont affronté la Croatie en ayant joué la veille, et ont perdu) mais avec de vraies qualités. Individuellement, la doublette Camila Micijevic - Tea Pijevic est des plus atypiques, la première en artilleuse du haut de son 1,94 m (5 buts de moyenne par match, meilleure buteuse de la compétition hors penalties), la seconde en gardienne au style déroutant (37 % d'arrêts). lire aussi Les demi-finalistes de l'Euro au banc d'essai « Elles ne sont pas arrivées ici par hasard », prévient Grâce Zaadi, la demi-centre des Bleues, qui a surtout noté que « cette équipe ressemble à une bande de copines, avec un fighting spirit très bon, elles jouent avec leur coeur. Je connais beaucoup de joueuses des Balkans, je sais qu'elles sont fières, qu'elles sont affamées, et elles prouvent sur le terrain que cette faim peut faire de grandes choses. » Prévenues, les Françaises ont préparé cette demi-finale comme tous les autres matches, avec beaucoup de vidéos en amont, individuellement et collectivement, avant d'établir le plan de bataille. « Il faut regarder l'adversaire en toute honnêteté, dit Krumbholz, ni le surestimer, ni le sous-estimer. On est favoris, il ne faut pas dire le contraire, mais j'espère qu'on va faire notre meilleur match de l'Euro en demie, car ce sera nécessaire. » Sostaric : « Personne ne rêvait que la Croatie puisse être ici » « Personne, ni les gens, ni nous, ne rêvait que la Croatie puisse être ici, a souri le sélectionneur slave Nenad Sostaric, jeudi, à la veille de la demi-finale face aux Bleues. Personne ne nous attendait, plutôt les Pays-Bas, la Roumanie ou la Hongrie. Mais on a tout le temps fait de notre mieux pour qu'à la fin de chaque match, on puisse se regarder dans les yeux et se dire ''Je suis satisfait.'' On joue contre le champion d'Europe, alors ce n'est pas la peine de parler de la France, une des meilleures équipes du monde depuis longtemps. C'est un privilège d'être ici et de jouer un match comme ça. »