Hand - FFHB - L'un des candidats à la présidence de la FFHB, Jean-Pierre Feuillan, dévoile sa liste et son programme

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Jean-Pierre Feuillan, l'un des trois candidats à la présidence de la Fédération et actuel vice-président de la FFHB, a annoncé mardi la composition de sa liste et son programme. Début juillet à Montpellier, Jean-Pierre Feuillan avait présenté deux des colistiers (Patrice Canayer et Tatiana Vassine) avec lesquels il est parti à la conquête de la présidence de la Fédération française de handball. Mardi, il a officialisé l'ensemble de sa liste et son programme. Son rival Philippe Bana avait fait de même le 5 octobre alors qu'Olivier Girault, le troisième candidat, n'a pas encore dévoilé son jeu. L'élection se tiendra le 28 novembre, à Pau ou à distance si le contexte sanitaire l'exige. Actuel vice-président de la FFHB, Feuillan est accompagné en campagne par une bonne partie de l'équipe du président sortant Joël Delplanque, qui ne se représente pas. Six des treize membres du bureau directeur figurent sur sa liste : Feuillan lui-même, Marie-Christine Biojout, Alain Jourdan, Alain Koubi, Claude Scarsi et Brigitte Villepreux. On y trouve également plusieurs membres du Conseil d'administration et des principales commissions fédérales (contrôle de gestion, compétitions, discipline, agents...). Les anciens joueurs et joueuses de haut niveau (une seule ancienne internationale, Brigitte Villepreux) sont en revanche moins présents que dans l'équipe de Philippe Bana et on repère peu de figures du monde professionnel. Mais Patrice Canayer, emblématique entraîneur et manager de Montpellier, double vainqueur de la Ligue des champions, représente un poids très lourd dans le domaine. lire aussi Canayer : « un moment donné, il faut s'engager » La liste compte un président de Ligue régionale (Emmanuel Grandin, Martinique), une présidente et un président de Comités départementaux (Valérie Corduri-Daviet, Haute-Savoie, et Thomas Skaghammar, Yonne), personnalités très courtisées par les candidats car ce sont elles qui voteront le 28 novembre. Sur ce plan, Feuillan n'a pas fait aussi fort que Bana, qui a attiré dans ses filets plusieurs présidents de grandes Ligues. Jean-Pierre Feuillan « La prochaine olympiade est décisive, notre Fédération doit se moderniser » Dans son programme, le candidat s'est fixé quatre « challenges » : « moderniser et décentraliser la gouvernance du handball » ; « accompagner le handball sur tous les territoires avec Paris 2024 en fil rouge » ; « développer l'économie des handballs et créer les handballs du futur » ; et « un handball éthique et responsable ». « La crise inédite que nous traversons nous invite à nous mobiliser et à nous réinventer ! Le constat est clair : la prochaine olympiade est décisive, notre Fédération doit se moderniser, elle doit être innovante, proche du terrain et fixer le cap pour les prochaines décennies », écrit Feuillan, soucieux également de « créer une synergie avec le secteur professionnel et de développer nos relations à l'international ». Entre autres propositions, il annonce des « Assises du Handball » en mars 2021 à Montpellier, une accélération des travaux sur la professionnalisation de l'arbitrage et fixe pour 2024 des objectifs de 600 000 licenciés et 50 % d'augmentation des droits marketing.