Hand - L. Butagaz Énergie - Ryu Eun-hee quitte Paris 92 à cause du Covid-19

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Devant l'aggravation de la situation sanitaire, l'arrière droite sud-coréenne de Paris 92 Ryu Eun-hee a obtenu d'être libérée de son contrat pour rentrer au pays et se préparer aux JO de Tokyo. Ryu Eun-hee, l'excellente arrière droite sud-coréenne de Paris 92, n'a pas participé au match perdu d'un souffle par son équipe à Metz, mercredi (25-26). La gauchère est en fait rentrée au pays il y a dix jours, très inquiète devant la recrudescence de la pandémie de Covid-19. La Fédération sud-coréenne a demandé au club de la libérer temporairement de son contrat, qui courait jusqu'à la fin de la saison, une requête acceptée par Paris 92. Ryu va rejoindre son ancienne équipe de Busan, qui reprend le Championnat national à la fin du mois, afin de préparer les JO de Tokyo (23 juillet - 8 août 2021) avec son équipe nationale, dont elle est une pièce maîtresse. Jean-Marie Sifre, président de Paris 92 « On ne peut pas obliger quelqu'un à s'entraîner en pleurant, en tremblant » « Elle a complètement psychoté car en Corée, l'épidémie est complètement maîtrisée et la situation en Europe est présentée là-bas comme dramatique, dangereuse, explique Jean-Marie Sifre, le président du club parisien. On ne peut pas obliger quelqu'un à s'entraîner en pleurant, en tremblant. On a toujours placé l'humain devant, et on continue aujourd'hui. C'est une joueuse et une fille formidable qui s'était super bien intégrée. Si la situation s'améliore, elle reviendra, sinon on verra. » C'est un coup dur pour le club francilien, qui réalisait un solide début de saison et perd l'une de ses toutes meilleures joueuses. Ryu avait réussi une très solide première saison parisienne l'an passé, 14e marqueuse du Championnat avec 4,2 buts de moyenne. Et l'équipe de France garde un souvenir douloureux de ses douze buts qui avaient plombé les Bleues en ouverture du Mondial 2019 (27-29). Paris 92 ne compte désormais plus que la seule Laura Flippes sur ce poste. « On n'a pas de plan B, il n'y a personne sur le marché, avoue Jean-Marie Sifre. On va faire le dos rond. »