Hand - Lidl Starligue - Lidl Starligue : le PSG sur la voie royale après sa démonstration contre Montpellier

L'Equipe.fr
L’Equipe

Le champion a fait un grand pas vers le titre en surclassant son dauphin Montpellier (35-30). Après neuf journées, le PSG compte six points d'avance sur ses premiers poursuivants. C'était un choc qui aurait pu entretenir le suspense. Mais en clôture de la neuvième journée, le PSG, impérial depuis le début de saison, est resté intouchable. Jeudi soir, le dauphin Montpellier, comme les huit autres adversaires du club de la capitale avant lui, a cédé face à la puissance de feu parisienne (35-30). Le Championnat est loin d'avoir rendu son verdict. Mais le quintuple tenant du titre, avec neuf victoires en neuf matches, compte désormais six points d'avance sur sa victime du soir et ses autres poursuivants. Et au vu de la démonstration proposée face à l'autre représentant français en Ligue des champions, on a du mal à imaginer le scénario qui le verrait rendre son sceptre. Les hommes de Raul Gonzalez se sont rendus la tâche facile lors d'une première mi-temps à sens unique, où le PSG s'est régalé grâce à une défense intraitable, assise sur un dispositif 1-5 dont Montpellier n'a jamais réussi à trouver la faille. La tenaille provoquait six pertes de balles des visiteurs, systématiquement sanctionnées de contre-attaque dévastatrices. Le danger venait notamment de l'aile gauche, où l'Islandais de quarante ans Gudjon Valur Sigurdsson s'est livré à un joli récital, convertissant ses sept premières tentatives (7/10 au final, son meilleur match de la saison), souvent servi par le maître à jouer et futur joueur de Kiel Sander Sagosen. Le demi-centre norvégien était partout, de la défense à l'orientation du jeu en passant par ses passes, lumineuses, et une efficacité clinique au tir (4/5). Le gardien Vincent Gérard, ex-Montpelliérain avec qui il a remporté la Ligue des champions en 2018, a lui aussi livré lui aussi une bonne copie (9 arrêts sur 36 tirs). Après seulement dix minutes, les Parisiens, en imposant un rythme effréné, avaient déjà inscrit huit buts (8-3) et forçaient le premier temps mort de Patrice Canayer. Peine perdue. Le PSG portait son avance à neuf unités à la 25e (19-11). A la pause, il conservait une avance de cinq buts (20-15), qu'il allait se contenter de gérer en deuxième mi-temps. Montpellier, qui pour la première fois de la saison a encaissé plus de trente buts en Championnat, y aura cru l'espace de quelques minutes, grâce aux prises d'initiatives gagnantes de Kyllian Villeminot (4/6), à l'efficacité de Valentin Porte (5/5) et Gilberto Duarte (4/5), ainsi qu'à la réalisation de Melvyn Richardson qui permettait aux siens de recoller à quatre buts (27-31) à six minutes du gong. Espoir bientôt douché par Mikkel Hansen, qui frappait par deux fois et scellait le sort de la rencontre. Une meute derrière le PSG

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi