Hand - Lidl Starligue - Michaël Guigou : « Cela fait longtemps que j'ai fait le choix de continuer » à Nîmes

·4 min de lecture
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Michaël Guigou, l'ailier gauche de Nîmes et de l'équipe de France (39 ans), a officialisé jeudi la poursuite de sa carrière avec le club gardois pour la saison prochaine. Dans les salons du musée de la Romanité de Nîmes, vue imprenable sur les arènes antiques, le président de Nîmes, n'a pas résisté à l'un de ses bons mots : « Je laisse la parole à Mika (Guigou) qui a décidé d'arrêter... le suspense ». Car jeudi, le capitaine des Bleus était bien là pour annoncer, à 39 ans, qu'il rempilera pour une année supplémentaire avec l'USAM en 2021-2022, comme l'avait révélé L'Équipe dimanche. « Qu'est-ce qui vous a poussé à étirer encore votre carrière, à bientôt 40 ans ?
Même si l'âge avance, je prends toujours beaucoup de plaisir. Je me sens bien ici, avec ce vestiaire qui est top, ce staff. Je vois une équipe qui a envie d'avancer, un groupe qui vit. Et j'avais envie de finir sur une dernière année avec du public. On fait ce métier aussi pour les émotions que l'on reçoit et que l'on partage. Cela aurait été dur d'avoir passé deux saisons à l'USAM et seulement sept ou huit mois avec ces supporters extraordinaires. Malgré la distance, ils ont toujours été là pour nous soutenir. Avez-vous eu besoin d'une longue réflexion ?
En fait, cela fait longtemps que j'ai fait le choix de continuer, pendant la première partie de saison. Les matches à huis clos ont accentué cette décision. Je me suis mis d'accord avec mon corps pour qu'il me laisse tranquille, et pendant la ''prépa'' beaucoup de joueurs m'encourageaient à aller vers les 40 ans. Quand je reviens dix ans en arrière, après une opération d'une double hernie inguinale... J'étais loin de penser que je pourrais annoncer jouer dans ma quarantième année en aussi bonne forme, dans un aussi bon état d'esprit et aussi bien accompagné. Michaël Guigou « Je vais faire cette dernière année, ce sera sûrement ''The Last Dance'' » Votre corps est-il prêt à cette saison supplémentaire ?
Le corps est prêt à faire plus qu'une saison. Mais il y a un moment pour tout. Il y a des moments où les voyages sont pénibles, la répétition aussi de l'exigence, du stress... Ce qui me rend le plus heureux, c'est que je suis très serein par rapport à tout cela, je pense avoir fait le tour. Je vais faire cette dernière année, ce sera sûrement « the last dance » (la dernière danse). À 99 pour cent. Je suis aussi très motivé par l'avenir que l'on va construire ensemble hors terrain ; et impatient de passer de l'autre côté, de pouvoir jouer au tennis avec les copains ou de continuer à courir avec ma fille sans me poser de questions. Avez-vous envisagé de jouer cette dernière année ailleurs, à l'étranger par exemple où vous n'avez jamais évolué ?
Non, c'était soit Nîmes soit nulle part. Et l'équipe de France, ce sera vraiment fini après les JO de Tokyo (23 juillet-8 août) ?
C'est sûr et certain. Surtout l'équipe de France, car c'est ce qui te prend le plus de temps et d'énergie, ce qui t'impose le plus de déplacements et qui ne te laisse pas ces quelques semaines d'aération que tu peux avoir dans une saison en club. Et il y a une nouvelle génération qui arrive, c'est le moment de laisser la place. Déjà cette saison, c'était une année en plus. Quand les JO ont été reportés de 2020 à 2021, j'aurais pu accepter que ce soit la fin, mais j'étais déterminé à me donner le maximum de possibilités, pour l'équipe de France et pour avoir une fin de carrière la plus agréable et la plus compétitive possible avec Nîmes. Et je suis fier d'être dans cet état-là au moment où je vous parle. Je m'en suis donné les moyens. Lors de cette dernière saison, allez-vous commencer à pratiquer le rôle d'ambassadeur qui se dessine pour votre reconversion au sein du club ?
Pour l'heure, je suis d'abord joueur. On prendra le temps d'en parler dans les mois à venir. Je serai un accompagnateur du projet de l'USAM. » Sissoko arrivera en 2022 Comme également annoncé par l'Équipe, le successeur de Guigou sera le capitaine de Créteil Boïba Sissoko (1,75 m, 27 ans), ailier gauche de petit format capable de jouer demi-centre, comme le capitaine de l'équipe de France. L'enfant du Val-de-Marne, qui a prolongé un an avec son club formateur, a signé pour trois saisons à l'USAM, à partir de 2022. « Nous le suivons depuis plusieurs saisons et une dizaine de clubs voulaient l'enrôler. C'est un joueur extrêmement intéressant par ses qualités humaines et handballistiques », se félicite le président nîmois, David Tebib.