Hand - Mondial (F) - Des joueuses roumaines accusées de pratique dopante

L'Equipe.fr
L’Equipe

Trois joueuses du club roumain de Brasov, dont les internationales Cristina Laslo et Bianca Bazaliu, auraient subi une thérapie au laser par intraveineuse, pratique interdite. Elles devraient être privées de Mondial. « Ce n'était pas pour augmenter les performances sportives mais pour fournir un traitement médical de récupération, pour la fatigue qu'elles accusaient et pour des problèmes médicaux plus anciens. » Ainsi s'est défendu le club roumain de Corona Brasov, mardi, au lendemain des révélations du journal roumain la Gazeta Sporturilor, qui dévoile que trois joueuses de l'équipe ont eu recours à une thérapie au laser par intraveineuse. Une pratique destinée à aider à la récupération mais interdite par l'Agence mondiale antidopage (AMA). Depuis, les personnes en cause (le médecin du club, le club lui-même) ont donc reconnu ce faux-pas tout en se défendant de toute volonté de dopage. Si toute l'équipe de Brasov, qui s'est qualifié ce week-end pour la phase de groupes de la Coupe EHF (C2), a été soumise au même traitement, l'agence roumaine de lutte contre le dopage n'a signalé que trois cas. Des trois joueuses en question - l'arrière polyvalente Cristina Laslo, l'arrière gauche Bianca Bazaliu et la gardienne Daciana Hosu -, seules les deux premières sont internationales et avaient des chances de disputer le Mondial, qui débute le 30 novembre au Japon. Face au risque de sanction qui pèse sur les concernées, le sélectionneur Thomas Ryde, dont c'est la première compétition avec la Roumanie, sera sans doute privé de ces deux éléments.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi