Le handball féminin continue sa professionnalisation et montre la voie aux autres sports

Hortense Leblanc
·1 min de lecture

C’est une grande avancée, qui pourrait inspirer d’autres sports. Ce lundi 15 mars, une "convention collective" va être signée pour accompagner la professionnalisation du handball féminin et sécuriser le statut des joueuses, entraîneurs, et employeurs. "La convention collective nationale du sport prévoit que des accords sectoriels peuvent être négociés et mis en place, et le handball est le premier sport féminin à le faire", précise Christophe Lepetit, économiste du sport, alors qu’un tel accord existe déjà dans le handball masculin depuis 2004.

Porté par l’Union des clubs professionnels de handball féminin (UCPHF), l’Association des joueurs professionnels de handball (AJPH) et 7Master, le groupement des entraîneurs de handball, cet accord sectoriel vise également à fixer le cadre du dialogue social entre ces acteurs, "pour éviter ensuite d’entrer dans des débats internes qui n’aboutissent pas", explique Sophie Palisse, présidente du Saint-Amand Handball. "Mais ce n'est qu'une première marche dans le dialogue social", ajoute-t-elle.

Salaire minimum, congés, formation et professionnalisation

Alors que la rémunération minimum pour une joueuse de première division est fixée à 1561€ brut mensuel, "le nouvel accord prévoit un salaire minimum...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi