Handball: Nantes nie toute illégalité dans l’affaire des tests de grossesse

RMC Sport

Circulez, il n’y a rien à voir. Au lendemain des révélations de l'Association des joueuses et joueurs professionnels de handball sur de supposés tests de grossesse pratiqués sans le consentement des athlètes, le club du Nantes Atlantique Handball, dont le nom avait émergé même s'il n'était pas nommé dans le communiqué de l'AJPH, s’est défendu avec vigueur ce vendredi. Un moyen de tenter de désamorcer la polémique grandissante.

"Ces tests n’ont rien d’illégal"

Lors d’une conférence de presse exceptionnelle, le club nantais a confirmé l’existence de tels tests mais affirme que les joueuses étaient parfaitement au courant de la situation. Si plusieurs joueuses de l’équipe nantaise ainsi que l’entraîneur étaient présents lors de ce point presse, le président du NAHB a pris la parole en premier pour essayer d’aborder cette polémique de manière factuelle. 

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Sur la question de l’illégalité, le dirigeant breton rappelle que les bilans validés par le médecin fédéral sont considérés comme minimaux et les clubs peuvent, en accord avec les joueuses, les pousser plus en avant.

"J’ai reçu par email le communiqué du syndicat indiquant qu’il y aurait eu des tests illégaux et sans le consentement des joueuses effectués à Nantes. Je me suis rapidement entretenu avec le médecin du club, les instances fédérales… pour avoir toute la lumière sur une affaire loin d’être anecdotique, a expliqué Arnaud Ponroy face...

Lire la suite sur RMC Sport

A lire aussi

À lire aussi