Hans-Jürgen Dörner, bien plus qu'un Beckenbauer de l'Est

·1 min de lecture

La première question qui restera après la mort de Hans-Jürgen Dörner est la suivante : bordel, mais d'où vient ce surnom, "Dixie", qui l'a accompagné tout au long de sa vie ? Poser la question, ce n'est pas forcément y répondre. En janvier dernier, pour ses 70 ans, il jurait au site de la DFB ne plus vraiment savoir d'où était parti le délire. En revanche, il était sûr d'une chose : cela n'avait rien à voir avec les vieilles automobiles du même nom ou le style de jazz dixieland. Pourtant, quelques années auparavant, Dörner affirmait justement que ce surnom lui avait été donné par l'un de ses frères qui l'observait courir comme un dératé derrière les grands de son quartiers avec lesquels il tapait la balle dans les rues de Görlitz, sa ville natale. Ses souvenirs se sont-ils embrouillés avec le temps ? C'est fort possible, tant ses interviews sont ponctuées de multiples "je ne sais plus", "je ne suis pas sûr",…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com
Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles