Harry Kane portera un brassard arc-en-ciel à la Coupe du monde, pour lutter contre les discriminations

Voici le brassard que portera Kane au Qatar. (The FA)

La Fédération anglaise a révélé mercredi que, dans le cadre d'une campagne anti-discriminations, Harry Kane, le capitaine des Three Lions, va porter un brassard arc-en-ciel pendant la Coupe du monde au Qatar, un pays où l'homosexualité est illégale. Sept autres capitaines de sélections européennes, dont Hugo Lloris, devraient en faire de même.

La FA (Fédération Anglaise) a publié mercredi, à la mi-journée, un communiqué à propos de la prochaine Coupe du monde, qui se déroulera au Qatar du 20 novembre au 18 décembre. On y apprend notamment que l'Angleterre s'est engagée dans une campagne contre les discriminations, intitulée "OneLove Campaign", en compagnie de neuf autres pays européens : les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark, la France, l'Allemagne, la Norvège, la Suède, la Suisse et le pays de Galles.

En tout huit capitaines de sélections européennes concernés

Dans le cadre de cette campagne, Harry Kane, le capitaine des Trois Lions, va porter un brassard arc-en-ciel au Qatar, un pays où l'homosexualité est illégale. Le communiqué précise que cette démarche devrait être suivie par les capitaines de sept autres sélections européennes qualifiées pour le Mondial : ceux des Pays-Bas, de la Belgique, du Danemark, de la France, de l'Allemagne, de la Suisse et du pays de Galles).

« Je suis honoré de rejoindre les capitaines des autres sélections pour soutenir cette importante "OneLove Campaign", a indiqué Kane. En tant que capitaines, nous nous affrontons sur le terrain, mais nous combattons ensemble toutes les formes de discriminations. Cette démarche a d'autant plus de sens dans nos sociétés divisées. Porter ce brassard va envoyer un message clair, tandis que le monde entier nous regardera. »

lire aussi

Le calendrier de la Coupe du monde

Par ailleurs, la FA, dans ce communiqué, insiste sur le fait que toutes les familles des travailleurs qui ont trouvé la mort, ou qui ont été blessés, lors de la construction des stades de la Coupe du monde, doivent être indemnisées, incitant notamment la FIFA à mettre à jour son système de compensation dans ce domaine.