Head : Réduire les libertés techniques pour 2021 était nécessaire

Emmanuel Touzot

Alors qu'il abordait le règlement 2021 de la Formule 1, qui a été pensé pour éviter que les équipes aient la possibilité de trop s'éloigner des sentiers battus sur le plan technique, Patrick Head a reconnu que le cadre très détaillé fourni à l'ensemble du peloton de la F1 pour 2021 est une bonne chose, puisqu'il permettra d'éviter une course au développement trop importante, qui est l'une des sources des dépenses déraisonnables des équipes. S'il regrette que le défi technique perde en saveur, il juge cette décision indispensable pour le bien de la discipline.

"Je pense que d'un certain point de vue, ce qui tourne autour de l'ingénierie sera malheureusement en régression", a expliqué le Britannique lors des Autosport Awards dimanche soir, à Londres. "Le sport automobile est devenu bien trop cher. Et la différence entre les équipes de pointe et celles qui sont plus en retrait est trop importante. Nous avons besoin de plus d'équipes en lutte directe. Je pense que les personnes impliquées ont fait un très bon travail."

Lire aussi :

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

Des Formule 1 2021 "désagréables" à piloter ?

L'ancien directeur technique de Williams assure toutefois qu'il ne pense pas que le travail des concepteurs deviendra désormais plus simple : "Je ne dirais pas qu'il est injuste de dire que ça a été simplifié, car les ingénieurs les plus intelligents trouveront toujours le moyen de faire la différence, mais il n'y a certainement pas autant de libertés que lorsque j'étais impliqué."

Chase Carey, le PDG de la F1, a reconnu que les équipes avaient dû accepter des choses qu'elles ne voulaient pas initialement avec ce règlement 2021, mais l'Américain pense que les compromis faits ont été les bons : "Nous ne nous faisons pas d'illusions en disant que nous essayons d'arriver là où tout le monde est d'accord avec chaque composant de ce que nous proposons. C'est ce que sont les compromis. Nous pensons que ça a été bien pensé. Nous pensons que les bonnes étapes [ont été franchies]. Certains aspects devront-ils être retouchés ? Certainement."

À lire aussi