Hervé Mathoux : "En 1982, France-Brésil aurait été la finale idéale"

Tu étais où, le 8 juillet 1982, date de France-RFA ?
Je n'avais pas tout à fait 15 ans et nous étions en vacances en famille, dans une maison de location au Cap d'Agde. Je me rappelle que lorsque Giresse a marqué le but du 3-1, on a sauté tous ensemble et que le canapé s'est effondré. On est descendus de deux mètres !

Pourquoi ce titre, Les Beaux Perdants ?
Parce qu'il y a cette expression "être bon perdant" qui me trottait dans la tête. À défaut d'être bon perdant, on pouvait être beau perdant. Les Bleus de 1982, ils étaient beaux. C'était une équipe avec laquelle la France avait un rapport d'affection : même s'ils ont perdu, on ne leur en a pas voulu. Il y avait d'autres personnes auxquelles on en voulait à Séville... Il y avait du beau et du chevaleresque chez ces Bleus, même dans cette défaite. Après la remontada du Barça, les supporters du…

Lire la suite sur sofoot.com

SO FOOT.com
SO FOOT.com