Hippisme - Coulisses - Trêve et Timoko, histoires de familles

L'Equipe.fr

Sœur de Trêve (double lauréate du Prix de l'Arc de Triomphe), la pouliche Terre, qui a ouvert son palmarès ce mercredi, pourrait participer au prochain Prix de Diane Longines. Une épreuve remportée par sa glorieuse aînée en 2013. De son côté, le trotteur Dreammoko tentera ce samedi de marcher sur les traces de son papa, Timoko, lauréat en 2011 de l'important Critérium des 4 ans. Histoires parallèles.

De Trêve à Terre

Il a fallu patienter. Si Trêve était invaincue lorsqu'elle s'est présentée au départ du Prix de Diane 2013, Terre a mis un peu plus de temps avant de débloquer son compteur à victoires. Deuxième pour ses débuts l'an passé, Pas très heureuse lors de sa rentrée 2017, la représentante du Haras du Quesnay a touché au but pour son troisième essai ce mercredi. Très tôt installée en tête de course, la partenaire d'Alexis Badel a facilement disposé de ses rivales, coupant la ligne avec trois longueurs d'avance sur Jedi Princess. Un succès acquis dans un style qui n'était pas exactement celui de sa « frangine ». Mais un succès convaincant qui lui ouvre les portes du Prix de Diane. Jadis entraîneur de Trêve, et désormais de Terre, Christiane Head Maarek a clairement évoqué cette perspective. Chiche.

De Timoko à Dreammoko et Dandy de Godrel

Histoire de famille toujours, mais du côté des trotteurs cette fois. Alors que leur père (14 victoires au plus haut niveau !), l'ingambe Timoko, continue de sillonner le monde, Dreammoko (entraîné comme lui par Richard Westerink) et Dandy de Godrel (entraîné par Björn Goop, driver de...Timoko) fréquentent eux aussi les hautes sphères du trot. Ils seront au départ, ce samedi, du Critérium des 4 ans. Dreammoko ? Pour son premier essai dans la catégorie Groupe I, le jeune « cador » avait failli créer une surprise en s'adjugeant le Prix de Sélection à grosse cote. Une course remportée par son géniteur en 2011. Le coup est passé près et la cible pourrait être atteinte ce samedi. Le Critérium des 4 Ans, également enlevé en 2011 par Timoko, n'est pas un rêve inaccessible pour le fiston. Et cette fois, Dreammoko, piloté par Bazire, ne s'élancera pas à 35/1.

Samedi, une victoire de Dreammoko bouleverserait sans doute Richard Westerink. Un peu comme Christiane Head-Maarek si Terre venait à enlever le Prix de Diane. Car, oui, l'histoire se répète parfois. Et elle est toujours belle et émouvante dans ces cas-là. Notamment pour les hommes et les femmes qui font le lien entre les générations de champions.

Richard Westerink évoque Timoko lors des EpiqE Series cet hiver


















En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages