Hugo Tormento : « C'était la course parfaite au milieu d'une saison parfaite »

Le Français Hugo Tormento et son équipier suédois Max Andersson ont marqué l'édition 2022. (J.-M. Gueye/Otillo)

Ce lundi dans l'archipel de Stockholm en Suède, le Français Hugo Tormento et son équipier suédois Max Andersson ont marqué la jeune histoire du swimrun en écrasant Ötillö, le Championnat du monde de la discipline et en battant le record de l'épreuve (7h01). Retour avec le Français sur cette journée « parfaite » qui fera date.

« Malgré l'enjeu autour de cette compétition, vous avez tous les deux donné l'impression d'avoir vécu une journée idéale. Était-ce le cas ?
C'était une journée parfaite au milieu d'une saison parfaite. Tout au long de l'année, tout s'est bien goupillé et on m'a vraiment soutenu dans mon projet de courir toutes les courses d'Ötillö (avec 5 victoires en autant d'épreuves cette saison). Et aujourd'hui (lundi), tout était réuni : les conditions (une eau calme à 17°C), une météo très douce et une forme du jour excellente. Même le déroulé de l'épreuve s'est passé comme dans nos plans : on a pu se détacher très vite et faire la course devant pour éviter la pression des concurrents et le risque de chutes. C'était vraiment une journée rare et précieuse dans la vie d'un athlète.

lire aussi

Le Français Hugo Tormento écrase Ötillö avec un temps historique

Avec votre coéquipier Max Andersson, l'entente semble parfaite. Est-ce le cas ?
Complètement. Cela a été un « coup de foudre » sportif et amical. Même dans les moments plus compliqués, pendant les grosses périodes d'entraînement, nous avons partagé un petit appartement en Suède, il n'y a jamais eu de tension. Il y a une vraie alchimie entre nous. Faire ça à Ötillö avec lui, c'est magique. Aujourd'hui, toutes les planètes étaient alignées et ça n'arrivera peut-être plus de sitôt.

Gagner Ötillö, c'était votre rêve. En reste-t-il d'autres ?
Bien sûr. C'est vrai qu'on a couru aujourd'hui avec des rêves plein la tête. Mais ce n'est pas fini : il reste deux courses cette saison, à Cannes en octobre et à Malte en novembre. Une fois que la saison sera vraiment terminée, on réfléchira à construire de nouveaux rêves... »