Humeur - Cadeaux empoisonnés

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'humeur du jour.

La belle vie, tu parles... Même pendant la crise sanitaire, les footballeurs continuent de gagner beaucoup d'argent, c'est l'objet de ce numéro spécial sur les salaires de Ligue1, mais que de soucis à côté. Parce que tous ces euros, il faut bien les dépenser quand même. Et là, les problèmes arrivent.

Vous pensez vous faire plaisir en vous offrant des beaux bijoux, des montres de luxe, vous investissez dans des coffres-forts pour cacher vos achats dans votre pavillon de banlieue chic... Tout ça pour enrichir la confrérie des monte-en-l'air de la région parisienne. Et celle des sociétés de sécurité privée ensuite. A vous dégoûter d'être riche.

Bim, 50 000 euros d'amende!
Sinon, vous pouvez vous acheter des grosses voitures (attention, ça se vole aussi...). Là encore, une source de souffrances. L'info de la semaine, une des plus lues sur notre site en tout cas, c'est l'amende qu'a reçue Kingsley Coman au Bayern Munich : l'attaquant français était arrivé à l'entraînement en Mercedes et pas en Audi, sponsor majeur de son club. Bim, 50 000 euros d'amende. Des soucis, on vous dit. Surtout que c'est la deuxième fois au moins que cette mésaventure arrive à Coman. En 2018, il s'était pointé en McLaren 570S Spider. Splendide auto, et splendide amende déjà.

Pierre-Emerick Aubameyang est a priori plus chanceux : Arsenal n'est en contrat avec aucun constructeur automobile. Dimanche, pour se rendre à l'Emirates Stadium à l'occasion du derby du nord de Londres, contre Tottenham, le capitaine des Gunners a pu prendre sa LaFerrari chromée tranquillou. Sauf qu'il s'est retrouvé bloqué dans les embouteillages londoniens - Hidalgo démission ! - et qu'il est arrivé en retard au stade. Sanction immédiate de son entraîneur Mikel Arteta : Auba a dû suivre la valeureuse victoire 2-1 de ses coéquipiers depuis les tribunes. La prochaine fois, il prendra le métro.