Humeur - Le chèque arrive

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Ah Le Havre ! Cité merveilleuse, joyau de l'architecture du XXe siècle, lieu de tournage des plus grands films, Un Chien andalou, Le Quai des brumes, La Beuze... Maison de repos pour nos premiers ministres fatigués et Eden retrouvé, où le football se joue devant des spectateurs. Des vrais, pas des pancartes peintes pour cacher la misère. Tout ce qui se passe sur cette terre de pionniers mérite une attention particulière.Selon la tradition, le football français y serait né, avec la création du Havre Athletic Club, il y a près de 150 ans, par des Anglais échoués en Normandie. Aujourd'hui encore, même s'il a quitté l'élite depuis 2009, le HAC continue de fournir la planète en footballeurs surdoués, de Paul Pogba à Ferland Mendy.Les Havrais sont souvent précurseursDans le business aussi, les Havrais sont souvent précurseurs. Voyez les feuilletons sur les rachats de l'OM et de Béziers. Captivants mais il ne s'agit là que de remakes d'une très belle histoire advenue en Seine-Maritime il y a plus de cinq ans.A l'époque, un dénommé Christophe Maillol avait voulu s'emparer du club normand. Les ingrédients étaient les mêmes que ceux qui agrémentent les intrigues actuelles. L'acheteur était logé dans un palace, enfin au Novotel bassin Vauban, les investisseurs semblaient très riches et très lointains (Floride, Côte d'Ivoire, Mauritanie, et, déjà, Arabie Saoudite). Une personnalité censée être crédible servait de caution (alors que, quand même...), ici l'ancien ministre Éric Besson. Le tout saupoudré de beaucoup de rêve : à défaut de Zidane et Ronaldo, le Brésilien Adriano était venu sur place saluer joueurs et supporters. La fin de l'aventure était plus attendue : les chèques promis ne sont jamais arrivés, la vente a échoué et les notes d'hôtel ont eu du mal à être honorées. On espère que les scénaristes de l'affaire marseillaise auront plus d'originalité.