Humeur - Idéaux

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'humeur du jour.

Cela ne durera pas, car la fin de saison arrivera assez vite pour confirmer que les résultats sportifs reflètent assez parfaitement les statuts économiques. Mais c'est la semaine des idéaux et on peut rêver que le monde soit meilleur, après avoir évité le pire. Comme la Super Ligue n'existera pas, espérons qu'elle n'imprègne pas les esprits non plus et que l'actualité du foot cesse d'être vue à travers le prisme des mastodontes qui aimantent toujours plus tôt les meilleurs joueurs.

Non, Erling Haaland n'est pas obligé de quitter cet été Dortmund pour être une étoile parmi d'autres, à Manchester ou à Madrid, car il doit laisser une trace plus profonde devant le Mur Jaune qu'il a trop peu vu bondé, depuis son arrivée en janvier 2020. Oui, Monaco doit garder ses meilleurs talents et tourner le dos à la logique spéculative qui a déjà failli lui coûter cher, après lui avoir rapporté beaucoup. L'attractivité de la L1 en dépend, car personne n'aurait songé à monter une Super Ligue si tous les championnats étaient aussi disputés que cette saison française.

Si rien ne change, le pire finira par se produire

Obligés de suivre un modèle économique qui a pourtant prouvé son inanité, les clubs intermédiaires ne peuvent plus se contenter d'être de simples tremplins que les joueurs quittent dès qu'ils ont brillé trois mois. C'est leur seul moyen de recréer un lien profond avec leurs supporters, et de regagner vraiment leur place dans le paysage.

Il ne faut pas seulement que les ligues soient ouvertes car le problème ne se résume pas au fait que les Glasgow Rangers, champions d'Ecosse, ne sont pas sûrs de disputer la C1 la saison prochaine. Le plus triste est qu'ils seront écrasés, s'ils sont de la fête, car le fossé s'est creusé et les déplacements en Ecosse relèvent désormais du folklore inoffensif. Si rien ne change, le pire finira par se produire car le foot, menacé par la cupidité de certains dirigeants, ne sera pas éternellement protégé par leur arrogante bêtise. Comment changer, alors ? Puisque les chevaliers blancs ne tiendront pas longtemps dans ce costume, le politique devra s'en mêler pour freiner la fuite en avant économique. C'est compliqué, mais il paraît que c'est la semaine des idéaux.