Humeur du jour - À nos chers disparus - l'humeur du jour par Rémy Fière

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'humeur, à retrouver chaque jour en dernière page du quotidien « L'Équipe ».

La période paraît propice aux regrets et aux pleurs, plus qu'aux déclarations de guerre. J'en parlais hier avec un vieux camarade qui, comme moi, avait jadis fort mal vécu la fin tragique d'une voix à la tonalité de fruits confits : notre chanteur préféré s'était défenestré parce que les doigts crochus de la désespérance ne parvenaient plus à le retenir. Dans la ville où nous séjournions alors, une main larmoyante avait tagué sur le fronton de l'hôtel un : «Personne ne remplacera jamais Mike Brant», phrase que nous avions fait nôtre, et qui mit longtemps à disparaître...

Comblant les vides, la vie avait depuis repris son cours placide. Jusqu'à ce que nos lamentations se fracassent à nouveau sur le mur mal crépi des dépits mortifères. Avec le même comparse, le coeur déchiqueté, nous nous sommes récemment effondrés lors de l'aspiration inattendue de Patrick Juvet vers des limbes éternelles.

Chemise à dorures, permanente en aile de corbeau albinos, maquillage de Saint-Cyrienne, combien de fois avions-nous dansé sur des parquets déjointés de province en hululant «Où sont les femmes», question existentielle qui masquait la neurasthénie du Suisse derrière ses arpèges en stilettos et sa voix Bee-Geesante.

La mort de l'artiste, lui aussi irremplaçable, aurait-elle lancé un signal ? Laissant se répandre sur le sol les flots salés d'un monde qui fuit par trop d'orifices : passons sur les thromboses pourtant si peu assassines, sur la soldatesque russe proche de l'Ukraine, sur le procès du tueur de George Floyd... Voilà qu'en début de semaine, nous déplorions la disparition proche d'un football que mon noble ami suivait avec un doux fanatisme. Il se mit alors à maudire l'avenir : son coeur de Champenois évoquait toujours la fin des années 1950, et les matches du grand Reims contre le Real, comme une catharsis nationale. Par bonheur, la morgue, le cynisme et la prétention des puissants semblent aujourd'hui s'effondrer comme une pièce mal montée au soleil. Ouf !