Humeur - « Juju » pour toujours

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

L'humeur du jour.

Lorsqu'ils sentent monter la fibre venimeuse, mes descendants, ces pourceaux perfides, me demandent systématiquement : « Dis donc, le vieux, c'est vrai que t'as appris à skier à Jean-Claude Killy ? » Je prends mes airs et leur réponds que les stars de mon enfance étaient un chouia plus jeunes ; lâchant comme on récite un bréviaire, « Jean-Noël Augert, Alain Penz, Patrick Russel, avant d'enchaîner, Danièle Debernard, Fabienne Serrat, Perrine Pelen, Cathy Quittet... »

Puis j'écrase leur suffisance crasse d'un pied chaussé de cuir à double laçage, en leur rappelant qu'au cours de ma longue carrière, j'ai aussi vu « Lucho » gagner deux fois à Kitzbühel... Car, poursuis-je, à l'adresse de ces jeunes singes pas si savants, « n'oubliez jamais qu'avant tout l'homme descend de la montagne ». Avant de rajouter, même si la vitesse est une sensation qui me hante, que j'ai toujours préféré « ceux qui dansaient autour des piquets ».

Arabesques en pull à torsades

Pour qu'ils ne meurent pas idiots, je leur rappelle qu'à mon époque, on parlait de slalom « spécial », que les meilleurs tissaient leurs arabesques en pull à torsades, la tête couverte d'un bonnet... Mes gorets de l'apocalypse ricanent alors à l'évocation du ski d'hier pourtant si glamour.

Je poursuis ma démonstration en leur expliquant que valser dans la pente, c'était l'équivalent d'un spectacle à l'opéra, qu'il n'y a pas grand-chose d'aussi noble, d'aussi émouvant... Une forme de grâce que seuls les esthètes de l'effort et de la beauté peuvent déceler.

Et je les termine d'un « Vidal et Amiez aux JO, ça vous parle, mes petits connards ? » Là, ils ne la ramènent plus... Jusqu'à mardi dernier où, ému comme un marmotton, je les ai définitivement sabrés d'un « Il est bon votre Pintu, mais Juju vous en pensez quoi ?». Devant le néant de leur réponse, je leur ai dit « alors agenouillez-vous, chiens d'infidèles, repentez-vous et saluez avec moi le grand Lizeroux qui a terminé sa carrière cette semaine à Schladming. Lui aussi, c'était un seigneur... »