Humeur - Long

L'Equipe.fr
L’Equipe

On a naïvement cru que c'était interminable et pénible, plus de quatre mois sans foot en France, mais c'était avant que le foot français nous rappelle ce qui était vraiment interminable et pénible. Tout était long, très long, trop long, vendredi au Stade de France, et tout était déjà long avant même que le match commence. Les traditions sont pulvérisées par le coronavirus qui réinvente les protocoles, mais le monde est décidément mal fait en 2020 : rien n'a pu empêcher Emmanuel Macron de saluer les joueurs parisiens et stéphanois, comme le président de la République en a l'habitude avant la finale de la Coupe de France.Même si le chef de l'Etat ne pouvait pas serrer des mains, il n'avait visiblement pas envie de bâcler l'exercice, surtout qu'il ne s'exposait pas aux sifflets du public réduit à 2805 spectateurs. Il a donc pris son temps, et comme on aime se faire du mal, on a revu la séquence avec un chronomètre qui confirme notre ressenti : entre sa descente des escaliers et son retour en tribunes, Emmanuel Macron a occupé l'écran plus de neuf minutes.Notre rapport au temps a basculéC'est une certaine idée de l'éternité, animée par quelques banalités pour les joueurs les moins connus, et par des discussions qui se voulaient complices avec les stars. Le président a pris des nouvelles de la famille d'Angel Di Maria qui a répondu que tout allait bien, ce qui nous enchante, et il a dit à Neymar qu'il avait une pensée pour son pays, ce qui ne coûte rien. Mais c'est Kylian Mbappé qui a été le plus gâté, avec analyse du match amical contre Le Havre sans référence à Edouard Philippe, « j'ai vu que ça a bien marché », mystérieuse confidence d'ordre diplomatique, « on a parlé de toi avec la Chancelière », et un convivial « passe le bonjour à tes parents ». Mbappé s'est ensuite blessé, et Emmanuel Macron n'allait pas rater l'occasion de jouer l'homme de terrain pour l'interroger au moment de la remise du trophée.On a ainsi appris que la désormais fameuse cheville droite avait « un peu craqué », et notre rapport au temps a basculé. Après tant de longueurs, les jours paraîtront bien courts jusqu'au quart de finale de C1 contre l'Atalanta Bergame, le 11 août.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi