Humeur - A mort le suspense !

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

En ces temps incertains pour notre santé, notre moral, nos économies, la couleur de nos racines et nos réserves de papier-toilette, il est plus qu'urgent de préserver nos palpitants d'amateurs de sport (j'aurais bien dit supporters, mais ce statut a malheureusement disparu en 2020). La présidentielle américaine à rallonge avec ses « Biden en tête », « non finalement c'est Trump », « alerte-dépouillement au Michigan », m'en a définitivement convaincue : je ne suis plus faite pour le suspense. A 38 ans, je tire le rideau sur tout ce qui peut ressembler de près ou de loin à une sensation forte sportive, au nom de mes chers petits ventricules. Parce que nous naviguons au quotidien, par la force des choses (covidienne) dans un océan de doutes et de mauvaises surprises, il faut bien chercher des certitudes quelque part. Le sport sera ma valeur refuge, et le meilleur des mondes footballistiques ne se joue pas à la dernière minute.

Savoir où on va, même si c'est nulle part

On m'a déjà vue, par faiblesse assumée, éteindre la télé et sortir l'aspirateur pour couvrir le bruit des voisins lors d'une séance de tirs au but. Fini, les suées à grosses gouttes quand un corner est tiré dans les arrêts de jeu et qu'il faut mettre le point final à un compte-rendu de match. Par pitié, épargnez-nous, amis sportifs : je veux du 4-0 à la mi-temps, je veux des expulsions au quart d'heure de jeu, je veux des trois sets secs et plus aucun match interrompu par la nuit, la pluie, ou le vol d'un pigeon téméraire. Je veux de la simplicité, de la facilité. Oui, je sacrifie la superbe au nom de ma bonne santé cardiaque : les perdants seront un peu moins magnifiques, les vainqueurs seront un peu plus écrasants. Le bien public doit passer avant le bien sportif. A cet égard, je remercie cordialement l'OM qui, cette saison, a compris qu'il ne fallait plus bercer d'illusions sportives ses supporters en réglant dare-dare son avenir en Ligue des champions. Savoir où on va, même si c'est nulle part, voilà qui est étrangement réconfortant.