Humeur - Le mot de trop

L'Equipe.fr
L’Equipe

ls sont coquins aux éditions Larousse. Selon le Point, ils ont profité de la pagaille actuelle pour glisser dans leur dictionnaire 2021 le mot « remontada ». La saison où le Paris-Saint-Germain arrive à franchir l'obstacle des huitièmes de finale de C1 et à se qualifier pour des quarts qui ne se joueront peut-être jamais. Si ce n'est pas une preuve du complot mondial contre Paris... Didier Raoult et Éric Cantona ont dû superviser cette nouvelle édition, on ne voit pas d'explication sinon. Dix-neuf autres mots font aussi leur entrée dans le Larousse, « féminicide », « blob » ou « dégagisme », par exemple, mais ils n'ont a priori aucun lien avec la déroute parisienne de 2017. Enfin, on espère. De toute façon, personne n'a attendu les éminents lexicologues pour abuser de l'équivalent espagnol de « remontée » : pas moins de 666 occurrences du terme dans les archives de L'Équipe. Diabolique. Il a même été utilisé 80 fois avant le fatidique Barça-PSG du 8 mars 2017. La première citation qu'il a été possible de retrouver remonte au 27 avril 2014. C'était pour un match retour de Ligue des champions de Barcelone, déjà, sauf que c'était du handball, avec plein d'Experts chez les Catalans (Nikola Karabatic, Cédric Sorhaindo) et des Allemands en face, Rhein-Neckar. Mythique bien sûr : 31-24 après un 31-38 à l'aller, les fans de Mannheim ne s'en sont jamais remis. Pour l'instant, ni le Robert ni l'Académie française n'ont emboîté le pas de leur concurrent pour insérer cet hispanisme dans leur dico. Les académiciens ont une autre priorité en ce moment : réussir à imposer l'usage féminin plutôt que masculin de Covid-19, faute que toute la France commet depuis trois mois. Une noble tâche mais les Immortels semblent aussi suivis que Jean-Michel Aulas quand il réclame la reprise du Championnat coûte que coûte. Il n'y a plus de respect.

Faire défiler pour accéder au contenu
Annonce

À lire aussi