Humeur - Trappeur d'opérette

L'Equipe.fr
·2 min de lecture

Abreuvé enfant aux récits du grand Nord, et inspiré par les romans de Curwood, je décidai il y a peu de quitter le monde dit civilisé pour finir mon parcours dans les étendues silencieuses du Forez. La Loire allait devenir mon Yukon, son Pilat mes montagnes Saint-Elias, et Saint-Etienne mon Dawson. Hivernant en pleine nature, je découvris vite les difficultés de l'approvisionnement. Mais cherchai pourtant, à l'ancienne, à égayer mes étrennes d'un solide régime carné...

Hier, progressant tant bien que mal dans la neige fraiche, je me dirigeai vers le piège que j'avais posé quelques jours auparavant, selon les préceptes d'un vieux Castors Juniors. En retrouvant mon traquenard, je constatai qu'il ne restait qu'une touffe de pelage accrochée à ses dents d'acier : quelqu'un était venu voler ma pitance. N'étais-je donc pas le seul à avoir choisi de m'établir ici, loin de tout contact humain ?

Le vieux blaireau était bel et bien faisandé

Flairant le sol gelé comme un malamute, je suivis la plus étrange des empreintes, large et comme monogrammée, sans que, pitoyable pisteur, je ne puisse mettre un nom sur l'être probablement humain qui s'était emparé de mon dû.

Je sentis tout à coup monter les effluves d'une grillade. Mon odorat n'ayant pas encore la finesse de celle des renifleurs de talent, je ne sus en reconnaître le parfum. M'approchant sans bruit, couvert par la bise qui emportait au loin mes miasmes et mes sueurs, je découvris une hutte de branchages. Devant l'entrée fumaient des chaussures à crampons ; à l'intérieur un costaud en survet' tournait une broche. Devinant ma présence, l'homme au poil ras se retourna et m'invita à entrer. Je n'en crus pas mes yeux. C'était Stéphane Ruffier.

Attablés, à mains nues, nous évoquâmes alors sans état d'âme un vieux Chaudron aux éclats verts-de-grisés, partageâmes notre rejet de la civilisation, en même temps que quelques morceaux de ce qui ressemblait à l'image renvoyée par le miroir de ma vie : car le vieux blaireau était bel et bien faisandé...