Iga Swiatek bousculée par Qinwen Zheng mais qualifiée pour les quarts de finale de Roland-Garros

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Iga Swiatek est en quarts de Roland-Garros 2022. (F. Seguin/L'Équipe)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Invincible ces derniers mois, Iga Swiatek a été bousculée en huitièmes de finale de Roland-Garros. La Polonaise, titrée en 2020, a cédé la première manche après un énorme combat qui promettait une suite indécise. Mais son adversaire, touchée à la cuisse droite, n'a pas tenu la distance (6-7 [5], 6-0, 6-2).

Voilà ce qu'il faut faire pour faire vaciller Iga Swiatek et voilà ce que ça coûte de lui prendre un set. Impressionnante pendant un set et vainqueure de cette manche d'ouverture au tie-break, Qinwen Zheng a craqué au niveau physique à l'aube du deuxième acte. Elle était breakée et menée 3-0 quand elle a fait appel au kiné en lui pointant sa cuisse droite. Le bandage posé au niveau de ses adducteurs n'y a rien changé, elle n'était plus capable de lutter contre la n°1 mondiale, qualifié pour les quarts après s'être fait peur (6-7 [5], 6-0, 6-2).

lire aussi

Le film du match

20

Avant de perdre ce premier set contre Zheng, Swiatek restait sur 20 sets remportés de suite entre Suttgart, Rome et le début de ce Roland-Garros.

La Chinoise de 19 ans, pourtant, a fait tout ce qu'il fallait pour tenter d'interrompre l'incroyable série de victoires (32 de suite désormais) de son adversaire. Remarquée lors de ses premiers tours et sans grand-chose à perdre pour son premier Roland-Garros déjà réussi avec ce huitième de finale, elle a fait trembler la favorite de ce tournoi. Tout n'a pas vraiment bien commencé, et elle était menée 5-2 dans la première manche mais elle a réussi à écarter les trois premières balles de set de sa rivale. La Polonaise a été très peu bousculée ces derniers temps et s'est crispée devant ce manque de réussite.

Un premier set plus long que les deux premiers matches de Swiatek

Ses quelques petits gestes d'agacement à destination de son clan ne trompaient pas et elle a, aussi, trouvé de moins en moins de clés dans le jeu. Les premières très puissantes de Zheng (régulièrement à plus de 170 km/h) l'ont perturbé et son revers (14 fautes directes dans ce secteur) l'a abandonné par séquence quand elle ne craquait pas dans l'échange. Parce qu'en face, la rookie jouait crânement sa chance, s'appuyant sur une force de frappe qui retentissait dans les travées du court Philippe-Chatrier et fixant parfaitement son adversaire avant de trouver la faille.

Elle a amené Swiatek jusqu'au jeu décisif lors duquel elle s'est retrouvée, là aussi, menée 5-2. Mais une nouvelle fois, la Polonaise n'a pas profité de son avantage et a vu Zheng revenir puis s'offrir sa première balle de set (elle en avait eu cinq). Elle a converti au moment où Swiatek, après plusieurs attaques de coup droit ramenées avec courage par Zheng, a craqué en revers. Au bout d'une heure et 23 minutes (soit plus de temps que ses deux premiers tours ici), elle perdait son premier set du tournoi et l'inquiétude était réelle.

lire aussi

Le tableau femmes de Roland-Garros

Elle est sortie reprendre ses esprits quelques instants dans les vestiaires. Au retour, tout avait changé, parce que la Chinoise a vite été trahie par son corps. Elle a encaissé huit jeux de suite avant de réussir à réagir, a même été tout proche d'arracher un débreak au début de troisième manche mais le défi, touchée à la cuisse droite, était bien trop dur et ses déplacements n'ont jamais retrouvé les fulgurances du début de match. Swiatek, elle s'avance vers les quarts où elle retrouvera Jessica Pegula. Avec un combat dans les jambes, peut-être pas une mauvaise nouvelle après avoir tout survolé avec autant de facilité ces dernières semaines.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles