Iga Swiatek explique pourquoi cette victoire à Roland-Garros est « tellement différente » de celle d'il y a deux ans

Iga Swiatek explique pourquoi cette victoire à Roland-Garros est « tellement différente » de celle d'il y a deux ans

Iga Swiatek a remporté son deuxième titre à Roland-Garros. La n°1 mondiale souligne que cette victoire à une autre saveur que celle d'il y a deux ans.

« Que ressentez-vous après ce deuxième titre. Est-ce différent du premier ?

C'est incroyable. Franchement, c'est tellement différent de 2020, parce que cette fois je suis prête pour ce qui vient et je me sens plus solide. Il y a deux ans, la suite avait été difficile. Maintenant, je suis prête à fêter ça un petit peu plus. En 2020, il y avait de la confusion car je n'ai jamais cru à 100 % que je pouvais gagner un Grand Chelem. Cette fois, c'était le résultat du travail accompli. Maintenant, je suis plus consciente de ce qu'il faut pour gagner un Grand Chelem. C'est comme un puzzle dont il faut assembler toutes les pièces. Cette fois, je suis encore plus contente de moi car je sais qu'il y avait un peu de chance en 2020. Cette fois, c'était le résultat du travail.

lire aussi

Deuxième titre à Roland-Garros pour Iga Swiatek

Et toujours pas une finale perdue depuis un an et demi.

Franchement, j'essaie d'aborder les finales comme les autres matches. Mais c'est difficile, quasiment impossible, car je sais qu'il va y avoir beaucoup de pression sur mes épaules. C'est le dernier match et je me dis que ce serait bien de terminer le tournoi sur une bonne note. Mais je crois aussi que j'accepte un peu mieux maintenant, j'essaie de me reposer sur mes forces, mes atouts. Et je sais que mes adversaires vont aussi ressentir la pression alors j'essaie de ne pas paniquer et d'être moins stressée que mon adversaire.

« C'était difficile car on me rappelle tout le temps les chiffres de la série. Mais je me suis bien améliorée sur ce point et j'en suis fière. »

Maintenant que vous avez gagné, la pression liée à votre série de victoire (35) va un peu retomber ? Comment avez-vous pu la gérer ?

En fait, c'est la partie la plus difficile de ce métier car on voit qu'il y a beaucoup de surprises dans les Grands Chelems et ce n'est pas facile à gérer. Tout le monde se prépare pour ces rendez-vous. J'ai senti la pression et le plus dur, c'est de ne pas penser à ces chiffres, à la probabilité de gagner ou pas. C'était difficile car on me rappelle tout le temps les chiffres de la série. Mais je me suis bien améliorée sur ce point et j'en suis fière.

On sait que vous êtes une grande fan de Rafael Nadal. Vous avez maintenant en commun avec lui d'avoir gagné Roland-Garros plusieurs fois. Qu'est-ce que vous pourriez encore apprendre de lui ?

La meilleure chose à propos de Rafa, c'est qu'il est cool par rapport à tout ce qui se passe autour de lui. Beaucoup de joueurs et de joueuses suranalysent les choses. Certains abordent les finales en se disant que s'ils les perdent, leur vie sera pourrie. Mais les grands champions acceptent le fait qu'ils peuvent perdre. L'année dernière, j'ai rencontré Rafa le lendemain de sa défaite en demi-finale, au petit-déjeuner à l'hôtel. Je lui ai dit que j'avais pleuré toute la soirée car il avait perdu. Et lui était assis, comme ça, et il m'a dit que c'était juste un match de tennis, parfois on perd, parfois on gagne. Cela a l'air assez simple, mais on ne peut pas tous réfléchir comme ça. »

Swiatek en patronne

lire aussi

Swiatek armée pour durer

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles