Igor Denisov, opposant à l'invasion russe en Ukraine : « Peut-être qu'ils vont me tuer »

Igor Denisov lors d'un match amical face à la République tchèque avant l'Euro 2016. (J. Groder/Presse Sports)

Lors d'une interview publiée sur YouTube, l'ancien capitaine de la Russie Igor Denisov, a réaffirmé son opposition à l'invasion de l'Ukraine.

Il est l'un des seuls athlètes russes qui vivent encore au pays à oser critiquer l'invasion russe en Ukraine. Igor Denisov, 54 sélections avec la Russie dont il a été le capitaine, a réaffirmé son opposition au conflit lors d'une interview avec le journaliste sportif Nobel Arustamyan publiée sur YouTube. « Peut-être qu'ils vont m'envoyer en prison ou me tuer pour ce que je dis, mais je n'énonce que des faits », se désole l'ancien joueur de 38 ans aux 356 matches joués avec le Zénith Saint-Pétersbourg.

Igor Denisov dans une lettre adressée à Vladimir Poutine

« Je lui ai même dit que j'étais prêt à me mettre à genoux devant lui pour qu'il arrête tout »

Durant cet entretien de près de deux heures, il raconte avoir écrit une lettre à Vladimir Poutine afin de le persuader de mettre un terme à l'invasion, qui a commencé le 24 février. « C'était trois, quatre jours après, explique celui qui ne veut pas quitter son pays qu'il adore. Je lui ai même dit que j'étais prêt à me mettre à genoux devant lui pour qu'il arrête tout. »

lire aussi

Tous nos articles sur la guerre en Ukraine

Depuis le début du mois de mars et la promulgation d'une nouvelle loi contre les « fausses informations », les médias russes peuvent recevoir une amende voire être bloqués s'ils utilisent les mots « guerre » ou « invasion » pour décrire « l'opération militaire spéciale » en Ukraine. Ainsi, certains passages de l'interview où Denisov décrit les actions de l'armée russe ont été « bipés ».

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles